Pour la dernière saison du stade Vicente Calderon, l’Atlético Madrid a rendu hommage à ses supporters les plus âgés qui ont eu le droit de fouler la pelouse avec les joueurs contre le Betis Séville hier. 

 

Les socios sont parfois choyés comme il se doit en Espagne. Ceux de l’Atlético Madrid l’ont en tout cas été hier, à l’occasion d’un match contre le Bétis Séville. Si ce sont des enfants qui accompagnent en temps normal les joueurs pour leur entrée sur la pelouse, l’honneur est cette fois revenu aux plus anciens des socios. Une véritable surprise puisqu’ils ont été prévenus à la dernière minute et ont eu les yeux cachés par un bandeau retiré par les joueurs du club dans le tunnel du stade. Il fallait avoir le coeur bien accroché.

 

 

Shane Kluivert (9 ans), fils de Patrick, signe son premier contrat avec Nike

La fin du Vincente Calderon

Mais même ceux qui avaient des difficultés pour se déplacer avaient le sourire aux côtés des stars du club comme Fernando Torres ou Antoine Griezmann. L’ovation était donc amplement méritée pour ces socios de quasiment toute une vie – le numéro un était toutefois absent pour raisons de santé – qui ont eu droit à cet hommage à l’occasion des 50 ans du stade Vicente Calderon en 2016. Et des derniers mois de l’Atlético Madrid dans cette enceinte puisque les Colchoneros joueront au Wanda Metropolitano dès la saison prochaine, un nouveau stade de 67 000 places. Le nom a été annoncé en décembre dernier et choisi en référence à Wanda, le groupe chinois qui a acquis 20% du club en 2015.

 

Malheureusement pour les socios du troisième âge, le match n’a pas vraiment été à la hauteur de l’hommage. Les hommes de Diego Simeone se sont imposés dans la douleur face au Betis Séville (1-0) grâce à un but de Nico Gaitan.

 

 

Un hommage également vu en Suède

À noter que l’Atlético Madrid n’est pas le seul club à avoir eu cette idée. En septembre dernier, Les footballeurs de l’AIK et de Gefle IF, dans le championnat suédois, sont entrés sur le terrain avec les fans les plus âgés. Après ça, on peut clairement “mourir tranquille” comme Thierry Roland.

 

 

 

 

V.L.