Toujours bien décidée à délocaliser Barça-Gérone, malgré l’opposition de la FIFA ou de la Fédération, la Liga a fait promo du match dans le Miami Herald

 

La guerre entre Javier Tebas et la Fédé espagnole tient donc son nouvel épisode. Alors que le président de la RFEF refuse toujours que Barça-Gérone soit délocalisé à Miami, le patron de la Liga met la pression en lançant la promo de la rencontre dans le Miami Herald. 30.000 supporters ont parlé. Apportez-nous le match”, peut-on lire sur la Une du quotidien, reprenant ainsi le slogan lancé par la Liga pour que la rencontre ait bien lieu. Sur le site du média américain, on peut aussi voir une grande bannière promo pour la rencontre, qui pourrait être organisée au Hard Rock Stadium le 26 janvier.

 

 

Que le match puisse se jouer est notre objectif, a réaffirmé Javier Tebas lundi. Que ce soit le 26 janvier ou l’année prochaine, il y aura des matchs aux Etats-Unis. Je crois que nous avons le droit, que nous avons raison d’y aller et que nous irons donc jusqu’au bout”, a-t-il insisté. Sans oublier de menacer de saisir la justice et surtout d’envoyer un nouveau taquet à Luis Rubiales qui “n’est pas qualifié” pour être président.

 

 

 

 

La FIFA s’en mêle

Du côté de président de la Fédé, justement, on maintient toutefois que ce dossier est clos. “Notre position est claire. Aucune institution qui devait soutenir ce projet ne l’a fait”, a rappelé le boss du foot en Espagne, où le syndicat des joueurs a aussi montré son opposition. Il y a deux semaines, même la FIFA a rejoint le camp des anti-délocalisation. “Le Conseil (de la Fifa) a insisté sur le principe sportif selon lequel les matches officiels de Championnat doivent être joués sur le territoire de la fédération concernée”, a souligné Gianni Infantino. Les clubs concernés ont d’abord accepté l’idée mais le Barça a par exemple rappelé qu’il jouerait seulement si toutes les parties trouvaient un accord. En clair, c’est loin d’être gagné pour Tebas.