Si tout va bien sur le terrain, l’Espagne a toujours de grosses lacunes au niveau de ses instances. À commencer par l’agence antidopage qui a été déclarée non-conforme au code mondial.

 

Le sujet risque de relancer pas mal de polémiques. Mais cela fait près d’un an, depuis mars 2016, que l’agence espagnole antidopage (Aepsad) rencontre de nombreuses difficultés et qu’elle n’est plus en conformité. Jeudi 9 février, elle a indiqué que ni la FIFA, ni l’UEFA, n’avaient accepté de prendre en charge les contrôles dans le football espagnol, rapporte L’Équipe.

 

La Liga sans contrôle depuis un an

Le constat est donc “alarmant” pour l’Agence Mondiale Antidopage (AMA) puisque aucun test valide n’a été effectué dans le football espagnol depuis. Et ni la Liga, ni la Coupe du Roi ne font exception. Après avoir reconnu « les difficultés auxquelles le pays [faisait] face pour traiter ces questions en suspens » en l’absence de gouvernement, de décembre 2015 à octobre 2016, l’AMA avait indiqué que des accords étaient sur le point de s’établir avec les fédérations internationales sportives, pour que ces dernières prennent le relais durant la période de non-conformité. Mais hier, l’Aepsad a annoncé que la FIFA et de l’UEFA avaient refusé. La première considère que son champ d’action « se limite au football international », quant à l’UEFA, elle ne prend en compte que les « clubs évoluant dans (ses) compétitions » comme le Barça et le Real Madrid.

Les invités du mariage de Lionel Messi et Antonella Roccuzzo ont-ils été radins ?

 

L’Angleterre intensifie sa lutte

Les Anglais pourraient donner un petit coup de pouce. Car outre-Manche, treize footballeurs ont été contrôlés positifs à des « drogues récréatives », comme la cocaïne ou l’ecstasy, sur les cinq dernières années. La FA tiendrait à préserver l’anonymat des joueurs afin de les soutenir, leur absence étant souvent expliquée par d’autres raisons officielles. De retour après huit semaines d’absence, , on a récemment appris que Saido Berahino avait en fait été contrôlé positif à la MDMA.

 

La fédération compte toutefois intensifier sa lutte et augmenter ces tests qui passeront à 5 000 en 2018. La saison dernière ce sont près de 2 442 tests qui ont été effectués tandis que 3 000 sont attendus cette saison. Ils ne sont heureusement qu’un faible pourcentage à avoir été contrôlé positif, on parle de 0,17 %.

 

N.F.