Accusé de faire référence à la Seconde République, le nouveau maillot de l’Espagne ne sera finalement pas présenté aujourd’hui par les joueurs de la Roja. 

 

L’heure est décidément à la polémique en Espagne. Déjà divisée sur l’indépendance de la Catalogne, le pays s’est trouvé un nouveau débat électrique : le nouveau maillot de la Roja pour le Mondial 2018. Dévoilé par adidas lundi, il ne serait pas seulement un hommage à la tenue portée par Pep Guardiola ou encore Luis Enrique à la Coupe du monde 1994 aux États-Unis. Pour certains, la bande colorée évoquerait… le drapeau jaune, rouge et violet de la Seconde République, régime qui s’est fini par une guerre civile (1936-1939) avant la dictature de Franco (jusqu’en 1975) et qui a surtout vu naître l’autonomie de la Catalogne.

 

Le drapeau de la Seconde République espagnole

 

Bonne ambiance en Espagne : Pep Guardiola comparé à un nazi par le journal El Pais

Cette réapparition involontaire du violet, causé par le mélange de rouge et de bleu sur la bande n’est pourtant là que pour représenter “la rapidité, l’énergie et le style du football associé au maillot national espagnol” selon adidas qui a nié une “quelconque référence politique”. “C’est bleu, pas violet”, a également réagi le président de la Fédération, Juan Luis Larrea. “Le gouvernement n’aime ni cette polémique, ni ce maillot” a-t-il ajouté dans AS qui a publié un sondage montrant que 61% du public ne l’approuve pas non plus. Juan Luis Larrea a également regretté qu’on pénalise l’équipementier historique de l’Espagne depuis 30 ans et assuré qu’il voulait que la Roja joue avec ce maillot, crée il y a un an et demi, lors du Mondial. “Ce serait un désastre de la changer, on s’apprête à la commercialiser”, a-t-il ajouté.

 

Certains responsables politiques ont toutefois montré leur enthousiasme comme le leader de Podemos (gauche), Pablo Iglesias. “Cela faisait longtemps que la sélection espagnole n’avait pas porté un maillot aussi beau. Tous avec la Roja !”, a-t-il commenté sur Twitter tandis que le leader du parti écolo-communiste Izquierda Unida, Alberto Garzon, l’a aussi approuvé dans un message Instagram.

 

 

Pour tenter de calmer l’incendie, la présentation du maillot par les joueurs de la Roja, prévue aujourd’hui, a finalement été annulée. Seule une photo officielle sera prise lors de l’entraînement d’Alvaro Morata et ses coéquipiers. “Ça aurait été une bombe pour les joueurs. On va faire une présentation très light finalement”, a expliqué Juan Luis Larrea dans l’émission radio El Larguero. On n’a sûrement pas fini de polémiquer en Espagne.