Chez adidas depuis 1991, l’Espagne vient d’annoncer qu’elle lui cherchait désormais un successeur, faute d’avoir trouvé un nouvel accord avec la marque. 

 

Raul, Iniesta, Casillas, Xavi… Tous ont brillé avec du adidas mais cette tradition pourrait prendre fin. Lundi, la Fédé a annoncé vouloir négocier avec d’autres équipementiers, malgré un contrat avec la marque allemande jusqu’en 2026. La raison ? Les conditions convenues lors de la signature du dernier deal, il y a quatre ans, “ne répondent plus aux critères de légalité, de transparence et d’équité jugés acceptables” par la Fédé. Il faut dire que selon AS, le contrat leur rapporte seulement 10 millions d’euros par saison, ce qui est par exemple très loin des 50 millions annuels versés par Nike à la France. Raison pour laquelle la RFEF présidée par Luis Rubiales, qui a renégocié pas mal de contrats depuis son arrivée en mai 2018, a tenté d’obtenir une revalorisation.

 

 

Sauf qu’après “trois mois de discussions infructueuses”, la Roja a décidé d’aller voir ailleurs et de ne plus jouer avec un maillot aux trois bandes une fois qu’un nouvel équipementier sera trouvé. Le contrat sera alors rompu, même si cela coûtera sûrement un gros billet à la RFEF, dont le boss est aussi en conflit avec Tebas, président de la Liga, après avoir déjà eu le courage de virer Lopetegui avant le Mondial. D’après AS, il serait désormais en discussions avec le groupe espagnol Inditex ou encore Puma pour remplacer adidas, équipementier de la Roja entre 81 et 83, avant de laisser la place au Coq Sportif et de revenir en 91.

 

Sergio Ramos à Malte en mars 2019 - Panoramic

Sergio Ramos à Malte en mars 2019 – Panoramic

 

Iniesta et l'Espagne championne du monde 2010 - Panoramic

Iniesta et l’Espagne championne du monde 2010 – Panoramic

 

MAJ du 20/05, à 22h02 : adidas a publié un communiqué en réponse, rappelant ses liens avec la sélection et sa volonté d’aller au bout du contrat. “Aucun motif ne justifie la rupture évoquée par la RFEF”, assure la marque, qui précise qu’elle prendra “les mesures nécessaires pour défendre (ses) droits”. Personne ne l’avait vu venir mais le match est lancé.