Sepp Blatter écopera de la même peine. Alors qu’il contestait sa sanction, l’ex-président de la Fifa a vu le Tribunal arbitral du sport (TAS) maintenir ses six ans de suspension de toute activité liée au foot. 

 

La semaine ne commence pas très bien pour Joseph Blatter. Lundi 5 décembre, l’ancien boss de la Fifa a eu une mauvaise nouvelle en provenance du TAS. Comme l’a annoncé à l’AFP le porte-parole de Joseph Blatter, le tribunal a maintenu la suspension de six ans de toute activité liée au football à son encontre. La plus haute juridiction sportive n’a pas accepté de lui réduire sa peine, contrairement à celle Michel Platini, qui était passée de huit à quatre ans.

 

Septembre 2015 sonne le début de la fin pour Sepp Blatter (80 ans). Le Ministère public de la Confédération (Suisse) ouvre une procédure pénale à son encontre pour un “paiement déloyal” d’1,8 million d’euros en faveur de Michel Platini, ex-président de l’UEFA, datant de 2011 et «sans base légale dans le contrat signé par les deux parties le 25 août 1999». Suspendu par la Fifa huit puis six ans en appel, il est poussé à la démission.

Fabrice Pancrate condamné à de la prison avec sursis pour "abandon de famille"

 

 

Il ne contestera pas la décision

Sepp Blatter semble toutefois accepté la décision du TAS. Contrairement à Michel Platini, qui a saisi le Tribunal fédéral de Lausanne, dont il attend le verdit début 2017, l’ex-président de la Fifa ne contestera pas sa suspension. «Je prends acte du verdict rendu par le Tribunal arbitral international du sport, a-t-il déclaré. Étant donné le déroulement du procès, il ne fallait pas s’attendre à une autre sentence. Avant tout, j’ai appris qu’au sport, on peut gagner, mais qu’on peut aussi perdre».