Pour fêter l’arrivée du joueur anglais à Washington DC, la maire Muriel Bowser a déclaré que le 2 juillet serait le… Wayne Rooney Day. 

 

Wayne Rooney pouvait difficilement espérer un meilleur accueil. À peine arrivée à DC United en MLS, la légende anglaise a reçu un cadeau de bienvenue assez particulier lors de sa présentation à la presse. Car pour fêter sa signature au club, la maire Muriel Bowser a tout simplement proclamé que le 2 juillet serait désormais le “Wayne Rooney Day” dans la ville. Une déclaration remise en main propre par l’édile et qui rappelle le “Andrea Pirlo Day” proclamé à New York en décembre dernier pour le départ de l’Italien.

 

 

 

Trop d’honneur pour un pré-retraité ? Si Wayne Rooney n’en a plus que pour quelques saisons, l’Anglais a tenu à rassurer sur sa motivation. “Je ne suis pas ici pour vivre mes dernières années, je suis ici pour la compétition et pour gagner”, a assuré le joueur de 32 ans, qui signera le 10 juillet un contrat de trois ans et demi avec le club de la capitale fédérale. Un “défi exaltant” puisque tout est à reconstruire, avec un club qui est bon dernier du classement et qui s’apprête à jouer dans un nouveau stade de 20.000 places.

 

 

Si sportivement, Wayne Rooney va donc avoir du boulot pour aider l’équipe à progresser, l’ancien d’Everton a aussi fait le choix d’une vie plus tranquille. “Je suis allé à LA et New York, c’est trop animé comme Londres. J’ai besoin de mon espace pour m’échapper quand j’en ai besoin et il semble que je peux faire ça ici”, a-t-il ajouté. Mais preuve qu’il a quand même gardé son énergie, “Shrek” a aussi trouvé le temps de rembarrer une journaliste pour une “mauvaise question” sur sa frustration éventuelle de voir les Three Lions gagner le Mondial :  “Non, je serais ravi. Je ne trouve pas que cette question soit très sensée”.