Mis en examen pour« violences volontaires », Antoine Conte vient de retrouver une équipe, le Beitar Jerusalem. Mais la victime de l’ex-défenseur de Reims, Liam Jean, voudrait le voir en prison, comme il l’a raconté à RMC Sport.

 

La vie de Liam Jean a basculé le 8 décembre dernier. Ce jour-là, le jeune lycéen est en train de faire du skateboard avec des amis quand il entend les cris et les pleurs d’une femme. C’est la compagne d’Antoine Conte, qui se dispute violemment avec le défenseur de Reims (Ligue 2) devant son domicile. Voyant le jeune homme appeler la police, le joueur formé au PSG va alors totalement perdre les pédales, se saisir d’une bombe lacrymogène et le frapper avec une batte de baseball.

 

« Il ne m’a pas parlé, je lui ai dit que ça ne servait à rien de faire ça et il m’a mis un coup de batte dans la jambe et, directement, il a enchaîné avec un à la tête, se souvient-il sur RMC. Mes amis sont partis en courant. Une fois que j’ai rouvert les yeux, il était au-dessus du moi et il m’a dit : “allez casse-toi maintenant, la prochaine fois que je te revois ici, je te nique ta race !”. Je suis parti en courant mais, 100 m plus loin, je ne pouvais plus courir. Un ami est venu me récupérer et a appelé les pompiers. »

L'ex de Jesé Rodriguez "choquée" après la révélation de son test ADN

 

 

Il attend toujours les excuses de son agresseur

Mis en examen, Antoine Conte s’était exprimé pour la première fois sur l’affaire dans L’Équipe, admettant un un « coup de sang » qu’il « regrette ». « Je suis sincèrement désolé si j’ai pu choquer et je tiens à renouveler mes excuses à la personne que j’ai agressée, à mon entourage, à mon club et aux supporters », avait assuré le défenseur, dont le contrôle judiciaire a aujourd’hui été levé. Il avait été interdit d’entrer en contact avec sa compagne, mère de son fils Issa (bientôt un an), qui a retiré sa plainte pour violences conjugales.

 

Du côté de Liam Jean, les séquelles de cette agression sont toujours nombreuses entre problèmes de motricité et de concentration, acouphènes, déséquilibres, soucis dans le rocher interne de l’oreille, points noirs sur le cerveau qui resteront à vie ou encore un disque qui s’est déplacé au niveau du dos. Et le mea culpa du joueur de 23 ans semble léger. Celui qui ne regrette pas d’être intervenu ce jour-là attend toujours que le joueur tout juste prêté au Beitar Jérusalem lui présente des excuses personnelles. « Ses excuses sont pour se donner une bonne image mais je n’ai rien reçu personnellement. Ce sont des excuses pour sa carrière », déplore-t-il.

 

 

« J’espère le voir derrière les barreaux »

En attendant, Liam Jean a toujours du mal à oublier cette histoire et fait des cauchemars qui le réveillent parfois jusqu’à « sept fois dans la même nuit ». Outre des excuses, il attend désormais « que justice soit faite ». « Qu’il soit enfermé et qu’il paye pour ce qu’il a fait. C’est tout ce que j’espère, le voir derrière les barreaux et qu’il comprenne que son acte n’était pas normal et qu’il était réfléchi, selon moi. Il a dit qu’il n’était pas réfléchi, mais il a pris le temps de rentrer chez lui, de prendre la batte et de ressortir », conclut-il. Le jugement devrait avoir lieu d’ici la fin d’année.

 

 

 

N.F.