16 ans après sa bourde et une élimination de la C1 avec les Invincibles d’Arsenal, Jens Lehmann l’explique (en partie) par le ballon Nike de l’époque. 

 

L’excuse préférée (à raison ?) des gardiens. Interrogé par beIN sur l’une de ses boulettes les plus marquantes à Arsenal, lors du quart de finale retour face Chelsea (défaite 1-2), Jens Lehmann n’a pas oublié le nom du coupable : le fameux ballon Nike Total 90 Aerow. Un modèle débarqué durant la phase finale de la C1 et auquel il préférait visiblement le précédent (le Geo Merlin Vapor). “Je me souviens avoir fait une erreur contre Chelsea à cause d’un nouveau ballon Nike qui a bifurqué et que je n’ai pas pu arrêter. Je ne pouvais pas le capter”, a-t-il assuré.

 

Liverpool lâche une vidéo frissons pour son premier titre de champion depuis 30 ans

 

Les Londoniens se souviennent bien de l’action : l’Allemand avait mal repoussé une frappe lointaine de Makélélé, qui avait terminé dans les pieds de Lampard. Egalisation des Blues à Highbury (1-1 et 2-2 sur l’ensemble sur les deux matchs) puis qualif’ pour la demi (perdue contre Monaco) grâce à Bridge à la 87e : “Nous étions beaucoup trop fatigués pour défendre le nul et nous avons perdu.” Car pour Lehmann, l’autre coupable s’appelle le calendrier : “Je ne comprenais pas, et parfois cela arrive encore aux grosses équipes que la Premier League. En 10 jours, nous n’avons dû jouer que des top, top équipes. Aucune équipe, aussi bonne soit-elle, ne peut assurer tous les deux ou trois jours à ce niveau. C’était un handicap contre Chelsea.

 

Ballon Nike Total 90 Aerow

Le Nike Total 90 Aerow

 

 

C’est un obus en plastique”

Pour revenir au ballon, Lehmann a toutefois aussi apprécié Nike (dont il portait les gants) pendant sa carrière. En 2006, il avait vanté les ballons de la marque au swoosh pour tailler le modèle officiel de la compétition d’adidas : “C’est un obus en plastique, fait pour les joueurs de champ et les spectateurs. Nike, lui, fabrique un ballon de football”. Pas toujours vrai, visiblement.