Ce week-end, Donald Trump a eu droit à un maillot d’Arsenal floqué à son nom lors d’une interview avec Piers Morgan. Et ça n’a pas trop plu aux supporters des Gunners. 

 

Encore un moment difficile pour les supporters d’Arsenal. Si l’équipe d’Arsène Wenger s’est qualifiée pour la finale de la League Cup mercredi en battant Chelsea, la déception n’est cette fois pas venue des joueurs mais d’un de leurs fans : Piers Morgan. Au cours d’une interview avec Donald Trump sur ITV, la présentateur de Good Morning Britain a eu l’idée de lui offrir un maillot des Gunners. La raison ? Barron (11 ans), un des fils du président, est un supporter du club. Mais le journaliste et fervent détracteur d’Arsène Wenger lui a aussi proposé le… poste de coach puisque le club a “besoin d’un leader fort” qui “veut gagner à tout prix”.

 

 

 

Sauf que Donald Trump s’est plus montré emballé par le maillot que par l’idée d’être coach. “C’est beau, j’ai un fils qui adore ce sport”, a-t-il répondu, précisant toutefois qu’il n’était “pas particulièrement” fan d’Arsenal comme son fils, contrairement à ce qui a pu être dit par le passé. “J’ai un ami qui possède Manchester United”, a conclut le 45e président des Etats-Unis qui aurait donc une préférence pour les Red Devils. Pas sûr que ça les enchante.

 

 

Si Piers Morgan avait l’air fier de son coup – il avait déjà fait la même chose avec Jeremy Corbyn, chef du Parti travailliste il y a quelques mois – beaucoup de fans d’Arsenal n’ont pas vraiment apprécié. Sur Twitter, les réactions négatives se sont multipliées à l’encontre du président américain et du journaliste anglais, coupable d’associer le club à “un raciste” pour de nombreux fans. “Aucun supporter d’Arsenal ne veut voir Trump avec ce maillot”, écrit par exemple un fan des Gunners quand certains trouvent que Piers Morgan “fait honte” au club qui a déjà “assez de problèmes comme ça”. “Heureusement qu’il ne supporte pas Arsenal”, commente également You Are My Arsenal, site américain consacré aux Gunners, pendant qu’un blog de supporters dit “préférer avoir Mourinho” comme coach.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Même Hector Bellerin y a été de son petit commentaire vendredi, avant la diffusion de l’interview. “J’espère qu’il dira non”, a-t-il écrit à propos de Donald Trump et d’un remplacement éventuel d’Arsène Wenger. Ne serait-ce que pour un match, ce serait quand même drôle à voir.