Dans un communiqué, les Fédérations anglaise, écossaise et irlandaise annoncent l’interdiction des têtes aux moins de 12 ans, pour diminuer les risques de maladies dégénératives.

 

Moins de jeu aérien pour les plus jeunes. Pressentie depuis plusieurs mois, l’interdiction des têtes chez les enfants vient d’être officialisée par la Fédé anglaise, écossaise et irlandaise. En dessous de 12 ans, la pratique sera interdite, puis encadrée jusqu’à 18 ans, avec des ballons plus petits et moins gonflés. Une règle qui s’appliquera à l’entraînement et non en match où il y a très peu de jeu aérien.

 

 

Déjà en place aux Etats-Unis, la mesure est au coeur d’un débat depuis octobre dernier outre-Manche. La raison : une étude menée par l’université de Glasgow qui montre que les anciens joueurs écossais ont 3,5 fois plus de chances de mourir d’une maladie dégénérative que la moyenne. Si le lien direct avec les têtes n’est pas encore prouvée, la règle avait été réclamée au nom du principe de précaution.

 

 

La FFF se penche sur le sujet

Alors que le pays de Galles devrait aussi suivre ses voisins, l’interdiction a des chances de débarquer dans d’autres pays comme la France. La FFF devrait bientôt dévoiler sa propre étude sur le sujet, tandis que l’UEFA préparerait des recommandations pour limiter les têtes chez les moins de 11 ans d’ici cet été.