Gary Neville a fait du chemin depuis son éviction de Valence. Commentateur sur Sky Sports, l’ex-joueur des Red Devils a aussi un gros projet immobilier à Manchester. Mais s’il compte créer beaucoup d’emplois, son idée pose quelques problèmes. 

 

Gary Neville n’a visiblement pas le temps de chercher un nouveau club. Quand il n’est pas en train de tailler des joueurs sur Sky Sports, l’ex-figure de Manchester United se consacre à son nouveau projet dans l’immobilier. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de deux gratte-ciels de 31 et 21 étages en plein centre-ville, comprenant 159 appartements d’une valeur allant jusqu’à 2 millions d’euros (1,75 million de livres).

 

L’objectif de l’ancien défenseur ? Redynamiser la ville et créer des emplois. “Malgré les dix emplois du pub, il n’y en a pas d’autre ici. On veut en créer plus de 1000 dont 800 à temps complet, assure l’ancien entraîneur de Valence dans Manchester Evening News. On va transformer cette partie inexploitée de la ville et offrir une innovation incroyable en matière d’architecture et de développement”, promet-il.

Marco Verratti rejoint Nike et signe un gros contrat

 

 

Un problème de taille

Mais s’il est “extrêmement enthousiaste”, ce n’est pas le cas de tout le monde. Car avec ce projet, Gary Neville va aussi détruire un commissariat, un pub et une synagogue des années 50, qui doit être remplacée. Et cela ne plaît pas aux habitants du quartier qui craignent également de voir l’historique hôtel de ville éclipsé par ces tours de 105 et 139 mètres de hauteur. La couleur noire initialement prévue a également été remplacée par du bronze, après de nombreuses critiques. Gary Neville, qui collabore avec son ex-coéquipier Ryan Giggs sur le projet, est au moins un peu à l’écoute.

 

Mais pas de quoi entamer la détermination de Gary Neville. « Ces neuf dernières années ont été comme une préparation d’avant-match, désormais le jeu est sûr et prêt à être délivré », a-t-il lancé. Et si ses tours sont validées, la construction devrait démarrer à la fin de l’été pour s’achever en 2020. Souhaitons lui donc plus de succès qu’à Valence.

 

 

 

N.F.