Alors que le flou règne toujours autour de l’appellation de l’Euro 2020, reporté en 2021, les sponsors croisent les doigts pour que le nom soit conservé, comme le raconte le New York Times.

 

Et s’ils avaient fabriqué des millions de produits dérivés, des vignettes, des pubs ou des ballons officiels… pour rien ? Avec le report de l’Euro 2020 l’année prochaine, c’est aussi la galère qui vient de toucher les sponsors de la compétition organisée par l’UEFA. Y aura-t-il un changement de nom ? Ce serait logique mais l’UEFA n’a pas encore tranché, contrairement à ce que l’on a pu croire le 20 mars dernier. Sur Twitter, le compte officiel assure alors que l’appellation sera conservée, surprenant au passage beaucoup de supporters. Avant de corriger quelques minutes plus tard : “Nos excuses pour ce tweet envoyé par erreur. Aucune décision n’a été prise”. Une vraie-fausse annonce bizarre, d’autant que l’UEFA a aussi envoyé ses avocats déposer “Euro 2021” il y a quelques semaines, selon le New York Times.

 

 

Chez les sponsors, on espère toutefois qu’une chose : ne pas devoir mettre tous les produits “Euro 2020” à la poubelle. “Déposer une marque ou une licence coûte très cher et prend beaucoup de temps”, rappelle Tim Crow, consultant marketing qui a travaillé avec des sponsors de l’UEFA et juge “infiniment préférable” pour eux de pas renommer la compétition. Ce que reconnaît un porte-parole de Coca-Cola, sponsor historique de l’UEFA : “Nous apprécierions que la décision soit de continuer à utiliser “Euro 2020″ pour minimiser l’impact sur ce que l’on a déjà fabriqué”.

 

 

Certains voudront repenser leurs campagnes”

Autre exemple de partenaire directement touché : Konami. Alors que l’arrivée de l’Euro 2020 sur PES est prévue le 30 avril, et que la promo a démarré juste avant l’annonce du report, l’éditeur japonais n’en sait toujours pas plus. “C’est à l’UEFA de choisir, nous sommes en discussions avec eux”, assure la société qui a travaillé des mois sur les accords de licences avec les sélections et leurs équipementiers. De son côté, Panini a déjà mis en vente ses vignettes Euro 2020, tandis que les marques comme Heineken avait évidemment tourné ses spots de pub, en plus d’avoir fabriqué des milliers de produits dérivés désormais coincés dans des entrepôts. “Je pense qu’après le choc du coronavirus, certains sponsors voudront repenser leurs campagnes”, prévient également Tim Crow. Ne reste plus qu’une chose à faire : attendre le (bon) tweet de l’UEFA.