Quelques mois après un cambriolage, l’épouse de Mounir Obbadi (LOSC) revient sur cet épisode traumatisant dans L’Équipe

 

Les joueurs de l’OM ne sont pas les seuls à être victimes de cambriolage en Ligue 1. À Lille, des années après Florent Balmont, c’est Mounir Obbadi qui en a fait les frais le 11 septembre dernier. “Encore sous le choc”, l’épouse du joueur marocain raconte comment cet épisode a incité la famille à vouloir quitter le nord.

 

À 5 heures du matin, deux hommes cagoulés et armés ont pénétré dans leur domicile. « Quand l’un des agresseurs est entré dans la chambre de ma fille de dix ans et que celle-ci l’a vu brandir son pistolet et claquer des dents, elle a fait semblant de dormir, se souvient-elle. Puis elle a protégé notre fils de quatre ans pour l’empêcher de sortir de la chambre », poursuit la maman de deux enfants.

Samir Nasri risque une lourde sanction à cause de l'affaire Drip Doctors

 

« Cette voix m’est revenue en tête »

Ce récit, elle le fait pour prévenir les autres joueurs professionnels, et les inciter « à protéger leurs familles avec des systèmes d’alarmes ». Car quelques mois plus tard, elle a du mal à effacer ce mauvais souvenir et souhaite, malgré le soutien du club lillois, quitter la ville au plus vite. Suite à l’agression, Bitsem Obbadi s’est même rendue pendant une quinzaine de jours chez sa mère en région parisienne après avoir « déscolarisé (ses) enfants ».

 

« Pour autant, je n’arrive pas à retrouver le sommeil. Je suis retourné à Lille vivre dans un appart’hôtel mais, une nuit, j’ai réveillé ma famille pour changer d’hôtel car cette voix qui m’avait dit ‘Debout, ton argent et tes bijoux’ m’est revenue en tête et j’ai paniqué. Je n’arrive plus à sortir car je n’ai pas vu leurs visages alors qu’eux connaissent tout de moi. Je pourrais les croiser dans la rue… », craint encore l’épouse du joueur qui a pensé arrêter sa carrière.

 

Le mercato comme solution

Bitsem Obbadi remercie le LOSC pour leur soutien depuis cet épisode, le club ayant proposé un suivi psychologique mais l’envie de laisser Lille ne la toujours pas quittée. Si elle y est revenue, c’est en attendant une solution lors du mercato d’hiver.

 

Pendant que Mounir Obbadi est actuellement à la CAN, où son équipe marocaine mal débuté contre le Congo (défaite 1-0), son épouse a d’ailleurs demandé à ses frères de venir dormir avec elle et les enfants : « Mounir a réalisé son rêve de devenir joueur professionnel sur le tard et on est restés des gens très simples. Mais tous ces traumatismes, tous ces changements, cela a complètement perturbé notre vie. Nous, on n’a rien demandé. » Bastia, Nice ou encore Montpellier pourrait être une porte de sortie.

 

N.F.