Nouvel épisode dans le feuilleton judiciaire Neymar. Selon El Periodico, le parquet a requis deux ans de prison et une amende de 10 millions d’euros pour l’attaquant brésilien accusé de corruption pour son transfert au Barça. 

 

La justice n’est pas près de lâcher Neymar. À quelques heures d’affronter le Celtic Glasgow avec le Barça, le numéro 11 brésilien vient de voir le procureur requérir deux ans de prison et 10 millions d’euros d’amende à son encontre. Ses parents pourraient également prendre cher puisque José Perals a demandé la même peine pour son père et un an de prison pour sa mère, également impliqués dans l’affaire de corruption.

 

 

Fabrice Pancrate condamné à de la prison avec sursis pour "abandon de famille"

Josep Maria Bartomeu s’en tire bien

Et du côté du Barça, qui doit affronter le Real dans deux semaines, c’est encore pire. La plus lourde peine pourrait concerner l’ex-président catalan Sandro Rosell, pour lequel cinq ans de prison ont été requis, tandis que le Barça pourrait écoper d’une amende salée de 8,4 millions d’euros. Côté Santos, l’ancien club de Neymar (24 ans), le président Odilio Rodrigues est sous le menace de trois ans de prison.  Josep Maria Bartomeu, vice-président catalan à l’époque du transfert et désormais boss du Barça, s’en sort bien. Le procureur ne l’a finalement pas jugé complice du délit de corruption.

 

Début novembre, un juge de Madrid avait validé le renvoi du joueur et du club catalan devant un tribunal pour « corruption entre particuliers ». Alors que le magistrat avait d’abord classé l’affaire, estimant que le dossier ne relevait pas du droit pénal, José de la Mata était finalement revenu sur sa position. Après avoir vu sa décision cassée par la chambre d’instruction, à la demande du parquet, en septembre, il s’est finalement rangé derrière cet avis, lundi 7 novembre. Il avait donné dix jours aux différentes parties pour exposer leurs arguments, avant de se prononcer définitivement.

 

 

Que reproche-t-on à Neymar, au fait ?

L’attaquant brésilien est accusé d’avoir paraphé un contrat avec le Barça lui permettant de toucher 40 millions d’euros en 2013, pour ne pas signer dans un autre club. Ce qui, selon le magistrat espagnol, aurait « altéré le marché libre des transferts de footballeurs en empêchant que le joueur y fasse son entrée » et constitue une « corruption entre particulier” . Neymar était sous la menace de six mois à deux ans de prison, ainsi qu’une amende.

 

Tout avait commencé avec une plainte déposée par un fonds d’investissement brésilien, DIS, qui est alors propriétaire à 40% de Neymar. Ces derniers s’estimaient floués par le Barça et la star brésilienne, qui auraient volontairement caché la vraie somme du transfert du joueur en Catalogne en provenance de Santos. Mauvais deal.