Snober la presse brésilienne n’était visiblement pas une bonne idée pour Neymar. Toujours plus durement critiqué sur son hygiène de vie, il peut toutefois compter sur un coéquipier pour le défendre : Dani Alves.

 

 

Le Brésil vient d’écraser l’Argentine (3-0) et Neymar n’y est pas pour rien. Mais malgré sa performance couronnée par un beau but, le numéro 11 du Barça n’a pas calmé ses détracteurs. Critiqué sur sa façon de vivre, et son goût pour la fête – qu’il avait largement assumé en conférence de presse pendant les J.O -, Ney refuse désormais d’accorder du temps à la presse brésilienne après les matchs. Heureusement, Neymar a trouvé un avocat en la personne de Dani Alves, son coéquipier au Brésil et ancien partenaire du Barça.

 

L'hommage d'Ousmane Dembélé à Abdelhak Nouri : "C'était un joueur hors norme"

“Brothehood forever” #goodcrazyinthahouse???? #vamosquevamosBrasil #ilovethisgame #kakakaka????

Une photo publiée par DanialvesD2 My Twitter (@danialves23) le

Vous voulez contrôler sa vie”

Jamais le dernier pour mettre un taquet aux médias – en Espagne, Marca et As, auxquels il ne voulait plus parler, s’en souviennent encore – le défenseur de la Juve est monté au créneau. “Tout le monde en attend beaucoup de Ney, a-t-il rappelé. Il a pris la décision courageuse de répondre aux critiques sur le terrain. De cette manière, il ne peut y avoir aucun doute. Je préfère qu’il réponde sur le terrain, et pas en dehors”, a lâché Dani Alves.

 

Pour lui, pas question de laisser celui qu’il considère comme son “petit frère” se faire massacrer par la presse sans tacler en retour : “Je respecte votre travail, mais parfois les critiques de la presse dépassent les limites du terrain et cela affecte Ney. Vous voulez contrôler sa vie, parler de comment il profite de ses vacances. Je pense que sa décision est le fruit de tout ça”, a-t-il ajouté selon le quotidien catalan Sport. Dani Alves a également regretté que son coéquipier soit “touché” par les critiques.

 

En voilà un qui veut continuer à être invité aux soirées.