Critiqué pour son stage au Qatar prévu en janvier, l’Ajax a répondu via son directeur général Edwin Van der Sar. 

 

Cette fois, l’idée passe beaucoup moins bien. Récemment salué pour son choix d’aller à Lille en train pour des raisons écologiques, l’Ajax est désormais critiqué pour son stage d’hiver. Attendu à l’Aspire Zone de Doha, du 4 au 12 janvier, le club hollandais a dû se justifier. “Nous sommes un club de foot, pas un parti politique, a expliqué Van der Sar. Nous allons au Qatar pour des raisons footballistiques et financières. Nous ne pouvons pas changer ce qu’il s’y passe et ce n’est pas notre but”.

 

 

Pointé du doigt par Amnesty International, pour non-respect des droits de l’homme et des travailleurs, le complexe sportif qui comprend le Khalifa Stadium du Mondial 2022 a déjà accueilli d’autres clubs européens, du PSG au Bayern en passant par Man United, Schalke 04, Everton et déjà l’Ajax en 2015. À l’inverse, Liverpool a récemment refusé l’hôtel prévu par la FIFA au Qatar, dans le cadre du Mondial des clubs, en évoquant des raisons éthiques.