Laurent Koscielny n’est pas qu’un mec de la Corrèze. Le défenseur préféré de François Hollande est désormais un vrai londonien, la ville où il a posé ses valises en 2010. À quelques heures d’affronter le PSG, il s’improvise guide et dévoile ses endroits préférés de la capitale dans Le Parisien.

 

Autant le dire tout de suite :  si vous comptiez picoler comme des trous dans un pub de Camden, ce sera sans Laurent Koscielny. L’ex-défenseur de Lorient préfère les endroits plus cosy, à commencer par son quartier de Hampstead, “un petit village”. “C’est calme et tranquille. Les gens sont gentils, les rues sympas. Il y a tout ce dont on a besoin”, assure le capitaine des Gunners. Dans ce quartier, on peut le croiser en train d’accompagner ses enfants à l’école, Maïna (5 ans) – qui est dans la même classe que la fille aînée d’Hugo Lloris – et Théo (3 ans).

 

 

Claude Puel et l'adaptation en Angleterre : "Ma femme n'a pas encore de vie sociale"

Joël Robuchon et Hyde Park

Si à Hampstead, Laurent Koscielny a sa cantine italienne, Piccola – quatre étoiles sur Yelp -, le joueur d’Arsenal se rend souvent à l’Atelier, le restaurant de Joël Robuchon avec ses coéquipiers frenchies ou à la Casa di Stefano, un restaurant italien de Mayfair. “Une fois, on on y avait mangé dans la cave, avec des centaines de bouteilles autour de nous, c’était très agréable”, raconte le natif de Tulle. Un homme de goût.

 

Mais Londres, ce n’est pas que de la bonne bouffe. C’est aussi d’innombrables magasins dans lesquels Laurent Koscielny adore visiblement déambuler. Et notamment à Bond Street, “les Champs-Elysées de Londres”, où il va faire ses courses “quand il fait beau”, à Selfridges, le “grand magasin où tu trouves tout ce que tu veux”, ou encore à Brent Cross. Celui qui a sauvé une usine d’accordéon en Corrèze aime également se balader en famille du côté de Rengent’s Park, Hyde Park ou encore le Winter Wonderland pour les fêtes de fin d’année.

 

Rendez-vous la semaine prochaine, pour le guide de Tulle.