C’était l’un des gestes du week-end. Touché à la tête par un avion en papier venu des tribunes, lors de Rennes-Toulouse, Pascal Dupraz a assuré ne pas avoir simulé la douleur au micro de Canal+ hier soir.

 

Et si finalement, Pascal Dupraz n’était pas un bon acteur ? Hier, après une victoire contre Montpellier (1-0), l’entraîneur de Toulouse a en tout cas déclaré ne pas avoir surjoué la douleur. “Quand je reçois ce morceau de papier, je ne sais pas ce que c’est, s’il y a une pièce, un briquet, s’il y a quelque chose dessus, a confié l’ancien coach d’Evian. Toujours est-il que j’ai mal, ok ? Alors, j’en n’ai pas fait des caisses, je suis allé voir le délégué et je lui ai dit “j’ai reçu quelque chose, j’ai eu mal et surtout j’ai eu peur””, assure-t-il.

 

Car Pascal Dupraz ne s’est pas agenouillé, les deux mains sur le visage, pour rien. L’ancien consultant de Canal+ explique avoir eu une vraie frayeur et en profite pour s’en prendre à ceux qui l’ont critiqué dans les médias. “Ces braves gens ne comprennent pas qu’à 39 ans, j’ai eu un infarctus, rappelle-t-il. Quand vous ne vous attendez pas à recevoir quelque chose sur la tête, ça vous fait mal et vous vous dites “tiens, est-ce que ce n’est pas un souci ici ?””, ajoute le coach toulousain en touchant sa tête.

Le LOSC a désormais un nouveau logo et une nouvelle identité visuelle

 

 

Pas grave”

Passé par l’émission J+1 sur Canal+ avant de retrouver un banc de touche, Pascal Dupraz va toutefois conclure par un nouveau tacle “anti-système” envers les consultants : “Si je suis fautif d’avoir reçu un projectile sur la tête lors d’un match de foot, je m’en excuse auprès de cette caste de nantis qui sévissent sur les ondes.

 

Après le match contre Rennes (défaite 1-0), Pascal Dupraz tenait toutefois un discours bien moins grave. « Il avait peut-être un message à me faire passer, mais ça fait drôle. Une espèce d’impact sur le crâne”, avait-il confié, regrettant de voir quelqu’un “balancer quelque chose sur (sa) tronche”, alors qu’il est un “gars sympa”. « Bon, je vais m’en relever et puis on va pas faire un cinéma pour ça. C’est pas grave », avait ajouté l’ancien consultant. Pas un bon comédien, vraiment ?