Fan de Flamengo depuis toujours, Maurício dos Anjos a (vraiment) le maillot du club dans la peau depuis quelques mois. 

 

Même faire des milliers de km pour son club paraît dérisoire à côté. Pour prouver son amour de Flamengo, Maurício dos Anjos (33 ans) a trouvé quelque chose d’encore plus fort : se tatouer le maillot de l’équipe sur le torse. Une idée déjà folle qui a en plus demandé 90 heures de travail au tatoueur et 32 sessions étalées sur plusieurs mois pour cette réplique – sans sponsor – du maillot 2015. Ça a dû piquer un peu.

 

 

Mais il en fallait visiblement plus pour arrêter un Maurício dos Anjos assez motivé. “J’ai toujours voulu avoir un tatouage de Flamengo, confie-t-il à Vice Brésil. Déjà depuis petit, quand je suis devenu fan. J’ai d’abord eu un vautour (l’emblème de l’équipe, ndlr) sur le biceps. L’an dernier, j’ai décidé de tatouer le maillot, ce que j’attendais de faire depuis un moment”. 

 


Voir cette publication sur Instagram

Ai esta a ultima faixa do #mantonapele concluída agora so fazer os retoques finais e pintar o número 10 em branco #faltapouco #flamengo #adidas #mrv #carabao #jeep #guaraviton #guinness @guinnessworldrecords Apoiadores no Instagram ⤵ @flamengo122anos @flaboutique @anjinhodoflamengo @nrnmetropolitano @_flausa @espacorubronegro @tattoocitioficial @flamengoarte @flamengoforte @matts_1981 @rrn_oficial @paparazzorn @fla_r.a.p @colunadoflamengo @flamengo @fla_naticos @carabao.sul @coutogeferson_fla @magatattoo @mengao_news  @josecaricaturas @rndestacruz @verdadevermelhoepreto @adidasbrasil @carabaoenergybrasil @timbrasil @mrvengenharia @jeepdobrasil @guaravitaoficial @carabaobr @18kflamengo @urubuzadasc  @rrn_oficial @ubz_sp @lima_claudionor @nativuscare

Une publication partagée par José Mauricio dos anjos (@mauricio.mantonapele) le

 

Le seul truc qui d’abord freiné Maurício dos Anjos, c’est son épouse – également supportrice de Flamengo – et l’argent. Mais grâce à l’exposition dont le tatoueur bénéficierait, ce dernier a accepté de baisser le prix à 189 euros. Quant au regard des gens, cela ne semble pas non plus être un souci pour ce père de famille. “Ils me demandent si je ne trouve pas ça bizarre d’avoir toujours un maillot de Flamengo. Mais je ne trouve pas. Pour moi, c’est normal”, estime celui qui a eu la chance de montrer son tatouage à Zico, légende du club de Rio.

 

 

Reste une question que tout le monde se pose : va-t-il compléter la tenue en se tatouant le short ? “J’en ferai peut-être un autre pour Flamengo, sur ma jambe ou mon bras, mais je ne ferai pas quelque chose d’aussi gros”. Les supporters de Flamengo sont prévenus : on peut encore faire un truc plus fou que lui.