Déjà vu comme un traître pour avoir signé à Boca, Mauro Zárate s’est fait virer des socios de Vélez Sarsfield après avoir célébré un but contre eux. 

 

Pas de geste de pardon façon Salah ou Griezmann. Malgré sept saisons passées à Vélez, son club de coeur, c’est avec un poing rageur que Mauro Zárate a célébré son tir au but pour les éliminer en quarts de la Copa Superliga jeudi (0-0, 5-4 aux tab). La provoc’ de trop pour les dirigeants qui, à la demande des supporters, ont pris une décision symbolique : lui retirer son titre de socio et le désigner officiellement persona non grata. “Le comité directeur peut exclure un socio pour mauvaise conduite en public ou avoir causé du tort à l’institution”, indiquent en effet les statuts du club.

 

Quand Luis Suarez réclame un penalty pour une main du gardien dans la surface

 

Un épisode de plus dans le drama qui a débuté l’été dernier, avec la signature de Zárate à Boca. Parmi les reproches que l’on fait à l’ex-attaquant de la Lazio ou la Fiorentina, il y a notamment cette promesse non-tenue de ne jamais jouer pour un autre club argentin que Vélez, aujourd’hui coaché par Heinze. Un truc avec lequel on ne rigole pas en Argentine : même l’un des ses frères, Roly, l’a publiquement traité de “traître”, tandis que l’aîné, l’ex-pro Ariel Zárate (Malaga, Elche…), a reconnu qu’il faisait “un peu honte” à la famille. Toujours dans la démesure, l’affaire a été si loin que l’épouse du joueur a reçu des menaces de mort.

 

 

Déjà malmené par les hinchas du club de Buenos Aires à l’aller, Mauro Zárate (32 ans) n’a toutefois pas seulement célébré un but contre eux. L’ancien international U20 a aussi lâché un truc qui n’est pas bien passé au coup de sifflet final du match retour. “La grande équipe s’est qualifiée”, a-t-il chambré. Face aux accusations de trahison, il s’est toutefois défendu en rappelant qu’il avait aidé le club à traverser des moments difficiles, comme lors de son retour (le deuxième) l’an dernier avant de filer chez les Xeneizes : “Je suis revenu lutter pour le maintien quand personne ne voulait revenir”. Ne lui reste plus qu’à devenir socio de Boca.