Symbole d’un Clasico hors norme hier soir, la célébration de Lionel Messi, auteur du but victorieux (2-3) à la 92ème minute, est assurément l’une des images de la saison. Mais en brandissant son maillot face au public madrilène, pour célébrer un doublé et son 500e sous les couleurs blaugranas, qu’a voulu dire le numéro 10 du Barça ? 

 

Malgré 500 buts au compteur et presque 15 ans au plus haut niveau, Lionel Messi arrive encore à surprendre. En donnant la victoire au Barça en toute fin de match contre le Real Madrid, La Pulga a été l’auteur d’une célébration bien plus provocatrice qu’à son habitude en ôtant son maillot avant de le brandir face au public du Santiago Bernabeu. Un geste prémétidé ? Pas à en croire le quotidien Sport qui explique aujourd’hui les raisons de cette célébration. Pour le journal catalan, le numéro 10 argentin a agi spontanément et sous le coup de la colère.

 

Car les 90 minutes n’ont pas été de tout repos pour Lionel Messi. S’il a l’habitude de ne pas être épargné par les défenseurs adverses, et notamment ceux du Real Madrid, l’Argentin a vu les hommes de Zinedine Zidane lui réserver un traitement assez sévère. Casemiro a enchaîné les semelles et les tacles rugueux qui ne lui ont valu, comme souvent, qu’un simple carton jaune, tandis que Marcelo lui a mis un coup de coude non sanctionné lui ayant laissé la bouche en sang et une lèvre ouverte. C’est même avec une gaze dans la bouche que le quintuple Ballon d’or va marquer son premier but.

Pourquoi Jean-Clair Todibo va porter le numéro 6 de Xavi au Barça

 

 

 

En deuxième mi-temps, c’est Sergio Ramos qui écopera d’un carton rouge après un tacle les deux pieds décollés du sol que Lionel Messi (29 ans) a heureusement pour lui esquiver. Et tout ça a visiblement un peu énervé La Pulga selon Sport, qui a donc célébré son but victorieux dans le temps additionnel avec plus de rage et de provoc’ qu’à son habitude, montrant au public du Santiago Bernabeu son nom et son numéro 10 sous un déluge de sifflets avant d’embrasser l’écusson du Barça. Fallait pas l’énerver.

 

 

 

E.R.