Hormis au tableau d’affichage, avec les premiers buts d’Angel Di Maria et Jesé en Ligue 1 cette saison, ce PSG-Nantes (2-0) a fait dans le classique samedi. Peu de spectacle sur la pelouse et en tribune présidentielle, garnie comme souvent par le clan Sarkozy.

 

 

René Girard n’a parlé de la « grand-mère » d’aucun journaliste après le match. Le coach du FC Nantes était plutôt content d’avoir « causé des problèmes » au PSG, samedi 19 novembre. Et c’est plutôt dommage car en tribune, on attendait plutôt de voir les Canaris, 16ème de Ligue 1, se faire écrabouiller en beauté.

 

10 photos pour revivre l'immense célébration des Bleus au Stade de France

 

Les frères Sarkozy et des mini-bananes

Preuve que cela manquait de spectacle, Izabel Goulart n’était même pas là, après s’être donnée à fond la semaine dernière. Le top n’a donc pas pu voir une des rares titularisations de son compagnon Kevin Trapp. Ni le voir sauver sur un but contre son camp presque fait de Thiago Silva. Bon, après, on la comprend puisqu’elle tourne actuellement Alerte à Malibu avec The Rock. Et c’est peut-être mieux que de prendre froid à un PSG-Nantes.

 

Si l’autre absente de marque, Aurah Ruiz, a loupé le premier but de son compagnon Jesé – bon, sur un penalty un peu moisi -, le clan Sarkozy était de sortie. Il fallait bien se détendre un peu à la veille d’une primaire qui sentait déjà un peu le roussi pour Nicolas Sarkozy. Battu par François Fillon et Alain Juppé mais aussi digne dans la défaite que les Canaris, il pourrait occuper le siège de président du PSG plus vite que prévu.

 

 

Mokobé et Philippe Caroit

Au côté de l’ancien chef de l’État, qui a dû également souffrir en voyant les blessures de Pastore et Di Maria, ses fils Pierre et Louis Sarkozy, le petit dernier, et même leur neveu Solal (fils de Jean Sarkozy, NDLR). Les deux frères avaient sorti les gros manteaux et jouaient avec des mini-bananes. Normal. Moins insolite que ça, Pierre Sarkozy a serré la main de Mokobé, plutôt que de la checker, et Jean-Michel Aphatie est venu oublier un peu la primaire pendant 90 minutes, assis pas loin d’Ali Benarbia.

 

Sinon, il y avait aussi Philippe Caroit et une amie. Du gros spectacle, on vous avait dit.