Mettre son coach KO pour forcer un départ ? C’est bien ce qu’a failli faire Jerzy Dudek à Liverpool, durant l’été 2005, comme il vient de le rappeler dans FourFourTwo.

 

Ça aurait définitivement été sa grande année. Déjà héros du miracle d’Istanbul face au Milan – tir au but de Shevchenko arrêté et danse légendaire – Dudek aurait aussi pu faire sensation lors du mercato d’été quelques semaines plus tard. La raison ? Pour forcer son départ à Cologne, bloqué par Benitez malgré la signature de Reina, il est passé à deux doigts d’inventer un truc bien plus efficace qu’une grève : “J’ai eu cette pensée folle : “Je crois que je vais lui mettre mon poing dans la figure”, s’est souvenu le Polonais dans FourFourTwoUne voix diabolique dans ma tête me disait que si je frappais Rafa, il me laisserait aller à Cologne.”

 

 

Il faut dire que cet été-là, Dudek a des raisons de craquer : l’arrivée de Reina est déjà pour lui une injustice – “Pepe était un super mec, mais Rafa avait signé un nouveau gardien alors que j’avais la sensation d’être au top de ma carrière”, rappelle-t-il – mais elle le met aussi dans une position délicate en vue du Mondial 2006. Et Benitez n’en a pas grand chose à faire : “Je lui ai dit que je devais jouer. Cologne était intéressé, mais quelques jours avant que la fin du mercato, ils ont appelé pour dire : “Pourquoi Rafa ne veut même pas nous parler ?”. J’étais surpris, je croyais que tout était ok. Le jour suivant, je me suis énervé contre lui après l’entraînement.”

 

 

Pour l’ex-coach de Valence, pas question en effet de laisser filer la désormais doublure. “Il m’a dit : ‘Ils ne proposent qu’un prêt, et t’es important pour nous. Ils veulent nous donner 900.000 euros, mais on fait comment si Reina se blesse ? Je ne peux pas mettre 900.000 euros dans une mallette et les mettre dans les buts'”, raconte le Polonais, qui envisage alors le coup de poing qu’il ne fera jamais. Sûrement la raison pour laquelle il est resté à Anfield (et a loupé le Mondial), ne jouant plus que huit petits matchs jusqu’à son départ deux ans après. Direction le Real, pour être (encore) doublure derrière Casillas.