8 ans après avoir été surclassé par le Barça (3-1) en finale, Ferdinand révèle les dessous tactiques de cette dure soirée pour Man United.

 

De toutes les “palettes tactiques”, celle-ci vaut plutôt le coup d’oeil. Double victime du Barça en finale de C1, Rio Ferdinand nous a rappelé sur BT Sport pourquoi la Pep Team était (presque) injouable. Et surtout, comment United a échoué à les faire déjouer en 2011, époque Messi imberbe et maillots Unicef. “Le plan était de les presser haut, de récupérer le ballon vite et d’attaquer fort, se souvient-il. C’est ce que l’on a réussi à faire sur notre but, mais la plupart du temps, nous n’avions pas le ballon dans la zone clé du milieu”, regrette encore Rio.

 

 

Car au-delà du collectif blaugrana, Ferdinand juge que le souci vient aussi de Fergie. “Je n’étais pas d’accord avec lui et j’ai donné mon avis, mais à ce moment-là, vous avez confiance en quelqu’un comme Alex Ferguson, assure Rio, qui garde alors le souvenir du 2-0 encaissé deux ans plus tôt face à la Pep Team. Je leur ai dit que presser allait être dur, poursuit-il. Au milieu, ils avaient les meilleurs joueurs de la planète. Avec Vidic, on discutait beaucoup de ça, je pensais que nous allions être en infériorité dans cette zone. On pouvait contenir la pression et faire mal en contre. Je pensais que nous pouvions le faire avec nos attaquants, mais nous n’avons pas pu nous créer l’occasion”.

 

 

 

Evra fautif

Images à l’appui, Ferdinand montre par exemple comment Busquets transpersait leur milieu à 4 en une passe pour Messi, un enfer pour la défense des Red Devils. Et en particulier pour Evra, dépassé par les mouvements blaugrana comme sur l’ouverture du score de Pedro. “Pourquoi tu montes sur Messi ?”, le réprimande alors Vidic. “Sur le deuxième but, il pense encore à ce que Vidic lui a dit, donc il sort trop lentement sur Messi, note Ferdinand, 455 matchs au compteur avec United. T’es condamné si tu sors, mais aussi si tu ne sors pas, donc c’est un cauchemar. Nous étions une grosse équipe, qui avait gagné un doublé championnat-C1, mais c’est la première fois que j’ai eu l’impression de n’avoir aucune solution pour battre un adversaire”. Cauchemar heureusement terminé.