Retiens mon nom, Leo Messi”. Il y a 15 ans, le crack blaugrana n’était pas encore chez adidas mais chez Nike, où il tournait une pub aussi prémonitoire que collector. 

 

C’était l’époque où Nike aurait pu réunir Messi et CR7 dans la même équipe. Déjà habituée à en mettre plein la vue avec ses spots façon blockbuster (Joga Bonito, le “tournoi secret”…), la marque au swoosh n’est pas passée loin d’aligner les deux cracks au milieu des années 2000. Car s’il a quasiment toujours eu du adidas aux pieds, Messi a bien débuté avec Nike, qui le fait même tourner dans un premier (et dernier) spot collector pour elle. On vient de boucler la saison 2004/05 – celle de son arrivée en pro – et le numéro 30 est à peine connu de la planète foot. À tel point qu’il doit encore se présenter pour sa seule réplique. “Retiens mon nom, Leo Messi”, prévient l’ado face caméra à la fin du spot.

 

16 ans après, une suite du film "3 Zéros" est donc en préparation

 

Prophétique ? Forcément, comme ce coup-franc qu’il envoie (déjà) en lucarne et ce slogan : “La Liga se termine, une ère commence”. Ici, l’équipementier du Barça zappe les stars du XI enfin redevenu champion – sa mascotte Ronnie en tête – au profit de la jeunesse blaugrana. Et il vise encore juste, la Masia incarnée par Messi n’ayant pas tardé à dominer le monde.

 

 

Au casting, Leo doit encore partager la vedette avec d’autres pépites maison. Il y a Jonathan dos Santos, le frère de Giovani brièvement vu au Barça (et désormais au LA Galaxy), ainsi que Carles Coto, Ismael Hamdaoui ou encore Ana Narbona pour lâcher un “recuerda mi nombre”. Ça ne vous dit rien ? C’est normal, puisqu’ils font partie des promesses catalanes n’ayant jamais percé. “Cette pub ne m’a ni servi, ni desservi, elle était surtout destinée à faire briller Messi”, dira plus tard Carles Coto, aujourd’hui à Figueres (D3 espagnole) après un tour d’Europe dans l’anonymat (Belgique, Géorgie, Chypre…).

 

 

Il a un contrat avec nous”

Et pour cause : à l’époque, Nike sent déjà venir la guerre avec adidas. Liés à Leo depuis ses 14 ans, les Américains peinent à prolonger le gamin de Rosario. Son père Jorge juge les offres insuffisantes et voit que les efforts financiers se concentrent sur Ronnie. C’est le début des problèmes, car La Pulga explose au Mondial U20 et adidas pose un contrat en or. Le deal ? 600.000 euros annuels sur sept ans (plus du triple de ce qu’offrait Nike, hors bonus) et la promesse de le traiter façon Beckham ou Zizou à la Coupe du monde. Cette fois, le flair était chez l’équipementier de l’Albiceleste : marché conclu début 2006 et Messi remplace illico ses crampons Tiempo Legend, provoquant une grosse colère dans les bureaux du swoosh qui assure avoir signé un pré-accord. “Il a un contrat avec nous et nous ferons l’impossible pour qu’il s’y tienne”, avertit Nike, tentant même une action en justice pour le récupérer. Perdu : Messi reste bien chez adidas, où il n’a plus besoin de rappeler son nom.

 

Pub Mondial 2006 avec Messi, Zidane, Beckham

Pub José+10 Mondial 2006 avec Messi

 

Nemeziz 19.1 de Messi - décembre 2019

Messi avec la Nemeziz 19.1