Dans une interview à JOE, Mauricio Pochettino est revenu sur son arrivée en Premier League et son apprentissage douloureux de l’anglais. 

 

Espagnol (courant), français (notions), mais pas anglais. Recruté par Southampton en plein hiver 2013, Mauricio Pochettino a bien cru ne jamais arriver à ajouter une nouvelle langue à son CV. Mais à l’inverse d’Emery, qui s’aide avec Peaky Blinders, le coach argentin a pu compter sur une chanteuse : Adele. “Mon épouse (Karina) avait trouvé une prof d’anglais mais le premier cours – deux heures – était vraiment ennuyant, s’est souvenu l’ex du PSG. La prof a donc dit “ok, essayons quelque chose d’un peu différent, apprenons avec une chanson”. Et elle a mis Skyfall d’Adele, ce qui est compliqué – comme vous pouvez l’imaginer – quand vous ne parlez pas anglais”.

 

La BBC dévoile les vraies affluences des stades de plusieurs gros clubs de Premier League

 

Sauf que la technique a finalement marché pour Poch’. “À chaque fois que je l’entends maintenant, j’y repense et ça me fait sourire”, assure l’ex-coach de l’Espanyol, particulièrement stressé par cet apprentissage. “Au bout d’une leçon à peine, je me suis dit “c’est impossible, je n’arriverai pas à saisir cette langue”, ajoute celui qui décrit son arrivée en Angleterre comme la période “la plus éprouvante” de sa carrière. “Le plus dur n’était pas de prendre la décision de venir mais de s’adapter. Il y a eu tellement de nuits où je n’arrivais pas à dormir”.

 

Poch'

Première conf’ de presse chez les Saints

 

 

 

J’étais nerveux et agité”

Sa première nuit d’hôtel à Southampton lui a notamment laissé un souvenir très particulier. “C’était un vendredi et le lendemain, c’était le premier entraînement. J’étais tellement nerveux et agité, impossible de fermer les yeux. J’ai pris mon téléphone, un peu avant 4h du matin et j’ai envoyé un message à Jesus (Perez, son adjoint) : “T’es réveillé ?”. Il m’a tout de suite dit oui, donc je lui ai dit de venir discuter dans la chambre. Je ne savais pas quoi faire le lendemain, sans pouvoir dire un mot en anglais et je devais m’exprimer devant 50 personnes, y compris le propriétaire. J’en tremblais”, reconnaît l’actuel coach de Tottenham, club préféré… d’Adele.

 

Parmi tout ce monde, personne ne remarquera toutefois sa nervosité. “Quand je suis face à des gens, tout change, remarque-t-il. C’est comme si j’étais né pour être là. C’est dur à expliquer mais, je regarde les gens dans les yeux et ça devient facile d’établir un lien. Je ne pouvais rien dire en anglais mais ils ont cru en moi, je pense que je leur ai transmis mon énergie, ce qui est très important. Parfois, vous n’avez pas besoin de parler aux gens pour savoir qu’ils vous font confiance, il y a le langage corporel et la façon d’être. L’important est plus ce que l’on est que ce que l’on dit”. Auteur d’une superbe saison avec Southampton, 8e du championnat, avant d’être recruté par les Spurs, les nuits suivantes de Mauricio ont sûrement été (un peu) plus tranquilles.