Il n’aurait pas dû dire ça et pourtant, il l’a fait. Auteur de propos durs à l’égard des footballeurs dans un livre, François Hollande a provoqué la colère de pas mal de joueurs. Interrogé par Le Figaro, avant le match des Bleus contre la Côte d’Ivoire, Raphaël Varane a fait part de son incompréhension face à ces déclarations. 

 

Sans valeurs” et ayant “besoin d’une musculation du cerveau”. C’est ainsi que François Hollande qualifie les footballeurs dans le livre Un président ne devrait pas dire ça (Ed. Stock) de Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Forcément touché en tant que footballeur des Bleus, Raphaël Varane (23 ans) n’a pas apprécié la caricature faite par le président. “Ma première réaction, c’est “pourquoi le président de la République parle de ça ?”, a commenté le défenseur du Real Madrid. Je n’ai pas compris. Pour moi, c’était inutile. Voilà comment j’ai réagi”, ajoute le joueur titulaire d’un bac ES et bien loin du cliché décrit par le président.

 

 

Si je le vois, je lui dirais ce que je pense”

L’histoire dit même que le joueur formé à Lens aurait gentiment éconduit Zinedine Zidane, qui l’avait contacté par téléphone pour signer au Real Madrid quelques jours avant l’examen. Si Raphaël Varane, dont la maman est professeur d’anglais, réagit publiquement, il avait d’abord assuré vouloir répondre au président en face. “Je crois que je ne vais pas répondre à ce qu’il a dit, avait-il répondu lors d’une conférence de presse, avant un match du Real Madrid. Si je le vois, je lui dirais ce que je pense.”

Antoine Griezmann parle religion : "Je baigne dedans depuis tout petit"

 

D’autres personnalités du foot – et même le rappeur Kaaris – avaient également commenté les paroles de François Hollande. “Ces mots ne me plaisent pas (…) Oui, ces paroles me dérangent”, avait par exemple confié Zinedine Zidane. Emmanuel Petit avait quant à lui déclaré vouloir donner des “cours de musculation du cerveau et même de probité” à la classe politique, tandis que Frank Leboeuf s’était interrogé : “Franchement, vu l’état du pays, le président de la République n’a pas mieux à faire que de parler des Bleus avec des journalistes ?”