De retour après huit semaines d’absence, Saido Berahino avait été contrôlé positif à une « drogue récréative » : la MDMA. Il a également souffert de dépression.

 

Saido Berahino avait disparu. Pendant huit semaines, l’international espoir anglais purgeait en fait une suspension pour avoir été contrôlé positif à la… MDMA. C’est le coach de Stoke City, son nouveau club depuis le mercato d’hivernal, qui a évoqué l’affaire en conférence de presse aujourd’hui. « Il a eu des problèmes à WBA, pendant dix-huit mois, et ça a forcément joué, a expliqué Mark Hugues. Et il a été suspendu pendant huit semaines. Je ne suis pas en mesure de vous donner davantage de détails. Il faut voir ça avec son ancien club. Nous étions au courant avant de le faire signer. Aujourd’hui, nous sommes satisfaits de le compter parmi nous. »

 

Transféré de WBA à Stoke City pour 13 millions d’euros, Saido Berahino pourrait pourrait jouer samedi contre son ancien club. Déjà entré en jeu contre Everton (1-1), l’attaquant né au Burundi avait confié traverser une mauvaise passe en novembre dernier. « Cette année a été l’une des plus difficiles de ma carrière, admettait l’ex-attaquant des Baggies sur le site du club. Je n’ai jamais été un joueur qui manquait de confiance en lui mais ça m’est arrivé et ça m’a vraiment touchéJe me suis retrouvé complètement déprimé et j’ai dû me battre pour me concentrer », poursuivait le footballeur de 23 ans, qui remerciait le club pour son soutien. Le président de WBA, Tony Pulis, a reconnu cette suspension mais a refusé de s’étendre sur le sujet.

On peut désormais voir des affiches anti-Neymar aux abords du Camp Nou

 

 

Gaz hilarant et snap sur l’autoroute

Ce n’est pas la première fois que Saido Berahino fait parler de lui en dehors des terrains. En 2015, le joueur qui a fui le Burundi durant l’enfance pour rejoindre sa mère en Angleterre avait déjà provoqué une polémique sur les réseaux sociaux en inhalant du gaz hilarant. La même année, on lui retirait son permis après avoir été arrêté pour conduite en état d’ivresse, tandis qu’un an plus tôt, il se filmait au volant de sa Range Rover en train de rouler sur l’autoroute. Il assurait alors qu’il ne « recommencerait jamais ».

 

S.St.