Les joueurs du Barça, actuels ou passés, vont-ils TOUS finir en prison ? Après Neymar, qu’un procureur veut envoyer derrière les barreaux, c’est Samuel Eto’o qui risque de finir en cellule. Selon El Pais, il risque pas moins de 10 ans de prison pour fraude fiscale.

 

Cette fin de carrière est décidément mouvementée pour Samuel Eto’o. Quelques semaines après s’être dit victime de racisme et accusé le président de son club Antalyaspor (Turquie), qui l’a suspendu, l’attaquant camerounais voit la justice espagnole revenir à ses trousses. Le parquet vient de requérir 10 ans et demi de prison contre l’ex du Barça (2006-2009) pour une fraude fiscale de quasiment 3,5 millions d’euros. Il risque également une amende de plus de 14 millions d’euros.

 

On reproche à Samuel Eto’o d’avoir mis en place un montage via deux sociétés, en Espagne et en Hongrie, pour ne pas payer d’impôts sur ses droits d’image. Grâce à cette méthode, une partie de l’argent qu’il percevait notamment de son sponsor Puma – entre 1,5 et 3 millions d’euros par saison – échappait au fisc.

Fabrice Pancrate condamné à de la prison avec sursis pour "abandon de famille"

 

 

Le joueur escroqué par son ex-agent ?

Quatre ans après la plainte déposée contre Samuel Eto’o, le parquet réclame au total 10 ans et demi de prison, d’autant que le joueur a refusé de rembourser les sommes réclamées, à l’inverse de son ex-coéquipier Lionel Messi, lui aussi impliqué dans une affaire de fraude fiscale. Et comme le numéro 10 argentin, Samuel Eto’o refuse d’endosser la responsabilité du montage. Il pointe du doigt son ancien agent Josep Maria Mesalles, avec lequel il est en conflit depuis 2011.

 

Samuel Eto’o assure avoir été arnaqué par son ex-homme de confiance. Josep Maria Mesalles aurait signé les contrats de cessions des droits d’image et serait le propriétaire des deux sociétés incriminées en Espagne et en Hongrie. Le parquet souhaite donc qu’il paye la moitié d’une amende de 4 millions d’euros infligée au joueur de 35 ans.

 

Depuis plusieurs années, Samuel Eto’o explique avoir été escroqué à hauteur de 12 millions d’euros par Josep Maria Mesalles. Après avoir possédé 100% de la société espagnole incriminée, Bulte, propriétaire de nombreux biens immobiliers achetés avec l’argent du joueur, il ne posséderait plus que 1% après une série de manoeuvres profitant à son ancien agent selon lui.