C’est encore pire que se faire refouler de boîte. À la veille d’affronter Arsenal en Ligue des champions, les autorités ont refusé à Serge Aurier l’entrée sur le territoire britannique et le PSG devra se passer de lui. 

 

C’était bien trop beau. Après son opération de com’ réussie ce week-end, avec deux sympathiques interviews pour Téléfoot et le Canal Football Club, il fallait forcément que quelque chose arrive à Serge Aurier. Et malheureusement, c’est tombé aujourd’hui, à quelques heures d’un match capital contre Arsenal qu’il ne disputera donc pas.

 

Le PSG a annoncé dans un communiqué que Serge Aurier, remplacé demain soir par Thomas Meunier dans le onze de départ, avait vu son visa d’entrée retiré par les autorités britanniques. Une décision justifiée par la condamnation du latéral ivoirien à deux mois de prison ferme pour violences sur des policiers. De quoi forcément provoquer l’indignation du club parisien qui a rappelé que le joueur avait fait appel de cette décision et qu’il restait donc présumé innocent.

Nouveau coup de gueule de Sephora Goignan après sa plainte contre Kingsley Coman

 

 

L’UEFA soutient le club

Dans son communiqué, le club présidé par Nasser Al-Khelaïfi précise également que le visa avait d’abord été accepté le 21 octobre dernier et après audition de Serge Aurier. « Le 16 novembre, ce visa a été retiré par le ministère de l’intérieur britannique », regrette le PSG qui estime que « cette condamnation, ainsi que l’appel interjeté par le joueur (et son effet suspensif), avaient été portées dès l’ouverture du dossier par le club à la connaissance des autorités britanniques, et ce en toute transparence ».

 

Pour le club, c’est une « volte-face très difficilement compréhensible au regard du droit européen ». Quelques minutes plus tard, l’UEFA a apporté son soutien au PSG et a “fait part de sa profonde déception“. “Nous regrettons qu’un joueur qualifié pour la compétition ne puisse prendre part à un match pour des raisons qui ne sont pas liées au football et à ses règlements », a-t-elle poursuivi. En attendant, c’est Arsène Wenger, le coach d’Arsenal, qui va apprécier le coup de pouce des autorités.