L’affaire de la sextape de Mathieu Valbuena est de retour. Un an et demi après le scandale provoqué par cette vidéo privée, l’un des trois maîtres-chanteurs présumés a donné sa version des faits à RMC Sport

 

Dans 24h s’ouvrira le procès de l’affaire de la sextape. La justice décidera de valider ou rejeter la demande d’annulation de l’enquête formulée par plusieurs suspects, dont Karim Benzema. En attendant de savoir si l’attaquant du Real Madrid est tiré d’affaire, l’un des maîtres-chanteurs présumés, Younes Houass, s’est confié au cours d’un entretien avec RMC Sport.

 

 

Marco Verratti porte plainte contre L’Équipe et dénonce un "mensonge absolu"

Mathieu Valbuena était «dans le brouillard»

L’accusé, qui risque cinq ans de prison, a beau admettre avoir pris contact avec le milieu de terrain des Bleus en juin 2015, il nie en revanche toute idée de chantage et assure avoir agi par altruisme. «Notre échange a duré une dizaine de minutes, affirme-t-il. J’ai parlé à quelqu’un qui était dépassé par les événements, qui ne se rendait pas compte de ce qu’il se passait (…) Je lui ai donné des “conseils”. Je lui ai parlé de mandaté quelqu’un parce qu’il se trouvait dans le brouillard», raconte Younes Houass, l’une des premières personnes à avertir le milieu lyonnais que cette vidéo se trouvait entre de mauvaises mains, en juin 2015.

 

 

Une fausse proposition à 18 000 euros

Un échange à la suite duquel l’ancien Marseillais décide de porter plainte contre Younes Houass, visiblement pas aussi convaincu de sa bonne foi. Les enquêteurs de la PJ de Versailles vont alors tendre un piège à au maître-chanteur présumé, mis en examen pour chantage et extorsion de fonds. «Je n’ai jamais demandé d’argent, à aucun moment dans cette affaire, insiste pourtant Younes Houass, avec lequel un agent de la PJ de Versailles entrera en contact en se faisant passer pour le mandaté de Mathieu Valbuena. D’ailleurs, ça n’apparaît pas. Je n’en demande pas. A un moment, je dis même que j’arrête cette histoire parce que ça ne sert à rien.» Le policier lui proposera 18 000 euros, somme qu’il refuse avec une «réponse est très claire». «Je dis non», assure-t-il lors de l’entretien. Younes Houass reconnaît en revanche qu’il aurait apprécié une récompense si la «si la vidéo est supprimée»

 

 

“J’ai agi comme n’importe quel citoyen”

De son côté, Mathieu Valbuena, qui vient de retrouver une place de titulaire à l’OL, semble avoir tourné la page : «Moi j’ai fait ce que, je pense, n’importe quel citoyen aurait fait. On m’a fait du chantage, j’ai déposé une plainte, et une affaire suit son cours. Ils rendront le verdict qu’ils jugeront le meilleur», expliquait-il à RMC, il y a quelques semaines. Réponse le 16 décembre.

 

 

 

V.L.