Depuis plusieurs semaines, Netflix propose “Bobby Robson, plus qu’un entraîneur”, un docu sur la légende du foot britannique. 

 

Si Mourinho a eu cette carrière, c’est en partie grâce à lui. Presque 10 ans après sa mort, Sir Bobby Robson est le héros d’un docu retraçant sa carrière hors normes mais parfois méconnue hors de l’Angleterre. D’Ipswich Town, où il remporte la Coupe de l’UEFA 81, à Newcastle en passant par la sélection anglaise, Porto et Barcelone, on revit les grandes heures et les échecs de cette icône britannique. Sans oublier sa philosophie : “Qu’est-ce qu’un club ? Ce ne sont pas les dirigeants ou les gens payés pour les représenter (…) C’est le bruit, la passion, le sentiment d’appartenance, la fierté de la ville”, disait-il par exemple dans une tirade qui symbolisait bien le personnage.

 

Adetomiwa Edun, alias Alex Hunter, raconte sa vie d'acteur pour FIFA

 

L’occasion de mieux comprendre l’influence de Robson en Angleterre, dont il a également porté le maillot en tant que joueur, et chez des très grands noms du foot. Au casting, on retrouve les témoignages de Lineker (“C’est le plus grand entraîneur anglais de tous les temps”), Gascoigne, Alex Ferguson et de stars croisées en tant que coach du Barça, “le job le plus dur au monde” selon lui. Guardiola ou encore Ronaldo viennent partager leur admiration pour lui tout comme un Mourinho très attaché à l’Anglais, avec lequel il est passé de “traducteur” à adjoint (Sporting, Porto puis Barcelone). Emu comme rarement, c’est même le Special One qui conclut le docu avec cette phrase : “Une personne ne meurt que lorsque meurt la dernière personne qui l’aimait”. 

 

 

bob