Nouvelle recrue du Real, Thibaut Courtois assure avoir toujours supporté le club malgré son passage à l’Atlético. Et il a la preuve que ce n’est pas forcément faux.

 

Baiser sur l’écusson, ode à Casillas et déclaration d’amour au club… Malgré son passé d’ex de l’Atlético Madrid et des chants anti-Real immortalisés en vidéo, Thibaut Courtois a joué la carte du madridiste de toujours pour séduire les fans du club lors de sa présentation à la presse. Risqué ? Pas forcément puisque le Belge, arrivé de Chelsea pour 40 millions d’euros et un contrat de 6 ans, est peut-être un peu plus honnête qu’on pourrait le penser.

 

 

Car si l’on a forcément le droit d’y voir un plan de com’ bien maîtrisé, un reportage de 2011 pourrait bien aider Courtois dans son opération séduction. Jeune espoir de Genk à l’époque, quelques semaines avant de signer pour Chelsea et d’être prêté à l’Atléti, il reçoit alors les caméras de la chaîne TVL chez lui et l’on distingue clairement un drapeau du Santiago Bernabeu affiché au mur. Certes, cela n’empêche pas d’avoir aussi un maillot du Barça ou d’un autre grand club rangé quelque part mais c’est déjà un signe qu’il ne ment peut-être pas totalement.

 

 

 

J’ai toujours pris comme exemple Iker Casillas”

Je crois que tous les enfants fans de foot ont un club de coeur, a même expliqué l’ancien de l’Atlético (2011-2014), lors de la conf’ de présentation. Pour moi, cela a toujours été le Real. J’ai toujours pris comme exemple Iker Casillas depuis que je suis le foot. J’ai d’ailleurs eu un maillot d’Iker après un match de Ligue des champions contre Anderlecht en 2002 je crois. Et à chaque fois que quelqu’un allait visiter Madrid, j’avais un petit souvenir du Real. Voilà comment mon amour pour ce club a grandi petit à petit en moi”. 

 

Et ce n’est pas tout puisque Thibaut Courtois a aussi expliqué qu’il n’avait jamais voulu embrasser un écusson auparavant. “Je le fais aujourd’hui parce que j’ai le sentiment d’être arrivé où je voulais”, a-t-il ajouté. Quant aux chants anti-madridiste, il plaide la “jeunesse” et pense s’être “laissé emporter”.

 

 

 

Franc ou pas, le discours déplaît en tout cas à ses anciens supporters. Et si Courtois assure ne pas s’attendre à “recevoir un traitement spécial” de la part des fans de l’Atléti, il risque d’avoir des surprises : certains ont déjà vandalisé une plaque à en son honneur près du Wanda Metropolitano tandis que d’autres se cotisent pour acheter des dizaines de rats en peluche à lui envoyer pour son retour au stade des Colchoneros. Les prochains derbys madrilènes vont être très sympas.