Qui a dit que les footballeurs n’étaient pas cultivés ? Encore peu connu, Thomas Meunier est un grand amateur d’art. Et le défenseur du PSG a évoqué le sujet lors d’une interview “Tu préfères” pour bros-stories, sans oublier de parler de son autre passion : les frites.

 

 

Thomas Meunier, ce n’est pas qu’un but fou contre Bâle. C’est aussi un homme de goût qui démonte les clichés à chaque prise de parole. N’en déplaise à François Hollande, le Diable Rouge n’a pas besoin de séance de muscu pour cerveau et s’y connaît par exemple en art, comme il l’a encore prouvé devant la caméra du site bros-stories.

 

Le maillot porté par Zidane en finale du Mondial 98 ne sera finalement pas mis en vente

 

Les Montres molles de Dali, Kandinsky et le Parc des Princes

Grand admirateur de Salvatore Dali, un « exemple », le Parisien dit avoir, durant ses études en école d’art, fait « pas mal de travaux sur ses oeuvres dont (sa) préférée, Les montres molles », au cours de cette interview “Tu préfères” rebaptisée “Gauche / Droite”. Et n’allez pas croire que le défenseur ne connaît que ça puisqu’il peut aussi citer Kandisky, pour lequel il a une préférence.

 

Mais au moment de choisir entre le S.M.A.K, le musée municipal de Gand (Belgique) où il a passé des heures dans sa jeunesse, et le stade d’Heysel, son coeur penche du côté du football. Concernant les stades, il préfère toutefois le Parc des Princes au Heysel car « (son) futur, c’est plutôt du côté de Paris », même s’il est souvent sur le banc avec Hatem Ben Arfa ou encore Jesé.

 

 

« Les frites me manquent énormément »

Mais avant d’être footballeur et amateur d’art, Thomas Meunier est aussi Belge. Alors forcément, celui qui a bien failli abandonner le foot à 13 ans prend forcément des frites au lieu d’un foie gras. « Aucune hésitation, je prends le paquet de frites, c’est d’ailleurs une chose qui me manque énormément » Et la fricadelle ? Fan de Disclosure, il reconnaît dans un autre registre avoir lu « tous les livres de Gaston Lagaffe ». Thomas Meunier est tout sauf un Dikkenek. 

 

Thomas Meunier et les frites

Thomas Meunier et les frites