En passe de quitter le Bayern pour le Barça, Arturo Vidal va débarquer avec une cote de popularité bien plus élevée que la normale chez les Blaugranas. La raison ? Une haine commune pour le Real Madrid et les coups de pouce arbitral dont le club a pu bénéficier. Résumé de son histoire compliquée avec les Madrilènes en quelques posts Instagram.

 

 

Avril 2017, les premiers montages

Des millions de fans devant leur télé, 22 stars sur le terrain et… des montages façon paint. En plus de rentrer dans l’histoire de la C1, cet épique Real-Bayern (4-2) en quart de finale retour marque clairement le début de la haine d’Arturo Vidal pour les Madrilènes. Sévèrement expulsé par l’arbitre Viktor Kassai, qui a également accordé deux buts hors-jeu à ses adversaires du soir, le Chilien craque dès le coup de sifflet final : “C’est dur de se faire voler comme ça, cela ne devrait pas arriver en Champions League. Les buts sont hors-jeu et Casemiro aurait dû être expulsé avant moi”, rage-t-il avant de débuter son oeuvre consacrée au Real avec des superbes montages dont on espère secrètement qu’il en est l’auteur.

 

Ribéry, Zlatan, Messi... Le meilleur et le pire des sosies de footballeurs en 2016

vidal1

 

vidal0

 

(On notera également que son nouveau coéquipier Gerard Piqué était plutôt d’accord avec lui)

 

 

Avril 2018, les retrouvailles manquées

Fidèle à son image de guerrier des stades, Arturo Vidal montre clairement son envie de vengeance un an plus tard, lorsque le tirage au sort des demi-finales de la Ligue des champions remet le Real sur sa route. “La vengeance est un plat qui se mange froid !!”, lâche-t-il encore sur Instagram, sans toutefois apporter sa touche artistique. Manque de bol, King Arturo se blesse au genou deux jours plus tard à l’entraînement et manquera les retrouvailles avec CR7 et le Real.

 

vidalvengeance2

 

1er mai 2018, les rats

Là, c’est beaucoup trop pour Arturo. Obligé de vivre le match retour devant sa télé, l’ancien de la Juve explose en voyant une main de Marcelo non-sifflée dans la surface. “Encore une fois! Penalty m**** !”, peut-on lire sur sa story Instagram. La suite est encore plus sympa puisqu’il traite les joueurs de “rats” après la nouvelle qualification houleuse du Real.

 

vidalpenalmierda

 

vidalrats

 

2 mai 2018, le sale émoji

A côté, les montages postés par Booba sur Deschamps appartiennent clairement à la catégorie bisounours. Car le lendemain de l’élimination contre le Real, Arturo Vidal ne passe pas par quatre chemins pour montrer son dégoût. Retrouvant au passage sa fibre artistique, il remplace la tête de CR7 par un poop emoji sur un montage Avengers signé Bleacher Report. Pas de doute : son destin était bien de signer chez l’ennemi du Real.

 

vidalshit3

 

Bonus :