Dimanche, la police anglaise a interpellé un garçon de 12 ans soupçonné d’être l’auteur de messages racistes envoyés à Wilfried Zaha.

 

Tu ferais mieux de ne pas marquer demain, c****** de noir, ou je viendrai chez toi habillé en fantôme”. Qui aurait pu croire que Zaha, cible d’insultes racistes qu’il a choisi d’exposer sur les réseaux sociaux dimanche, avait eu affaire à un enfant de 12 ans ? Personne, mais c’est pourtant bien le cas : la police de West Midlands a annoncé que le suspect est en fait un jeune garçon, fan d’Aston Villa qui affrontait Crystal Palace ce week-end. L’interpellation a eu lieu juste après la publication des captures d’écran par l’international ivoirien, qui a aussi reçu des images de Ku Klux Klan de la part de l’enfant sur Instagram.

 

 

Nous déplorons les messages racistes dégoûtants envoyés à Wilfried Zaha. Nous condamnons toutes formes de discrimination raciale et nous nous associons à Crystal Palace dans cette démarche”, avait rapidement réagi les Villans, promettant d’infliger un “bannissement à vie” au supporter coupable.

 

 

Depuis l’interpellation, Zaha a de nouveau pris la parole : “Les gens doivent comprendre que peu importe votre âge, les actes ont des conséquences et il est impossible de se cacher derrière les réseaux sociaux”, a-t-il écrit. Un an après une campagne lancée par les joueurs de Premier League, pour boycotter les plateformes jugées peu actives dans la lutte contre le racisme, l’ex d’United a cette fois souligné leur réactivité. “C’est important qu’ils agissent comme hier pour retrouver les coupables”, a salué l’attaquant de Palace. Sans oublier d’appeler à faire plus pour évoluer les choses : “Ce n’est pas suffisant d’être dégouté par ces messages ou de dire #nonauracisme. Il faut des actes, de l’éducation, les choses ont besoin de changer.”