À quelques jours du second tour de la présidentielle, le camp de Marine Le Pen a révélé qu’un coach de Ligue 1 pourrait devenir ministre des Sports si la candidate était élue. 

 

Si Emmanuel Macron compte de nombreux soutiens dans le foot, Marine Le Pen débarque aussi sur ce terrain. Le conseiller sport de la candidate soutenue par le Front national a carrément sous-entendu qu’un “entraîneur d’une équipe professionnelle » pourrait intégrer leur gouvernement. Selon Aleksandar Nikolic, ce coach de L1 serait « connu, doté d’une bonne réputation, prêt à lâcher son poste et qui est d’accord avec notre programme, même s’il n’est pas engagé politiquement : il a nos idées mais n’appartient pas au parti », a ajouté le conseiller. D’après L’Équipe, le technicien en question aurait approché l’entourage de la candidate et donné quelques conseils.

 

Le nom de cet entraîneur ? Pour l’instant, impossible de le savoir. «L’information n’est pas arrivée jusqu’à moi », a commenté Louis Aliot, le vice-président du FN, en marge d’un meeting à Villepinte. Sur les réseaux sociaux, certains ont un nom en tête : Pascal Dupraz. S’il a toujours souhaité se tenir à distance de la politique, le coach de Toulouse n’a jamais hésité à pousser quelques coups de gueule contre la situation de la France et notamment son “laxisme” après l’attentat de Nice. “Quand est-ce qu’on sert la vis une bonne fois pour toute ? Il y en a marre de ces discours à la con (…) Apparemment, ils sont repérés et fichés, qu’est-ce qu’on attend ? (…) Et si on instaurait un peu de discipline dans notre pays ? », avait-il commenté, se disant par ailleurs “catho” et “content de l’être”. Suffisant pour en faire de lui un soutien de Marine Le Pen ? Difficile d’y croire.

Toto Schillaci, meilleur buteur du Mondial 90, entraîne désormais une équipe de réfugiés

 

Dommage pour le FN, l’entraîneur français le plus en réussite s’appelle en tout cas Zinedine Zidane et fait partie des soutiens d’Emmanuel Macron.