Jeudi, l’étude Soccerex Football Finance 100 a dévoilé le nom des clubs les plus puissants. Si l’Angleterre est bien représentée, certains sont étonnamment bien placés. 

 

La Premier League est toujours au top financièrement. Selon l’étude Soccerex Football Finance 100, on retrouve une équipe anglaise au sommet des plus puissantes : Manchester City, propriété de l’Abu Dhabi United Group et qui écrase actuellement le championnat après avoir dépensé quasiment 250 millions d’euros cet été. Derrière ? Un autre club anglais à savoir Arsenal.

 

Loin d’être aussi dépensiers que les autres grands noms de la Premier League, les Gunners sont récompensés pour leur bonne gestion et leur “business model solide”. Grâce à ça, ils devancent même le PSG, salué pour son effectif “à forte valeur”. L’étude, basée sur les actifs sportifs, l’argent en banque, l’investissement potentiel du propriétaire ou encore la dette, note que le club parisien est toutefois « très dépendant de la fortune de son propriétaire Qatar Sports Investments ». « Seuls les clubs chinois dépendent autant de leur propriétaire », estime Soccerex.

Le nouveau projet low cost de Cristiano Ronaldo à Madrid

 

 

C’est toutefois une performance puisque le top 10 est généralement squatté par les Anglais avec Tottenham (5e), United (7e) et enfin Chelsea (9e). Outre le PSG, le Real Madrid (6e) arrive également en bonne place avec Juventus (8e) et le Bayern Munich (10e) mais également une équipe moins prestigieuse : le Guangzhou Evergrande (4e). Un classement parmi les cadors européens qui montre « les changements dans le paysage mondial du football sur les vingt dernières années », comme l’explique le directeur marketing de Soccerex, David Wright. Pas moins de 9 clubs chinois sont dans le top 100.

 

Dans la suite du classement, le Barça se classe seulement 13e tandis que chez les Français, l’OL et l’AS Monaco occupent respectivement la 18e et 19e place. Ce qui a forcément réjoui Jean-Michel Aulas.