Officialisé à la Fiorentina, Ribéry a bluffé tout le monde avec ses premiers mots en italien. Une langue apprise grâce à son préparateur physique et ami. 

 

L’Italie lui va encore mieux que prévu. Accueilli à l’aéroport de Florence par des dizaines de tifosi, Ribéry a fait bien plus que de lâcher des autographes et quelques politesses. Car c’est un Ch’ti Franck déjà à l’aise en italien que l’on a découvert au milieu des caméras : “Je suis content parce que c’est une superbe ville qui me plaît, comme la langue. Je ne parle pas encore parfaitement mais je me débrouille”, a surpris le nouveau numéro 7 de la Viola, donnant au passage une nouvelle raison d’arrêter de le faire passer pour un écervelé.

 

 

Improbable, puisque son transfert n’était pas programmé depuis des mois, mais il y a une raison : Ribéry a appris avec Gianni Bianchi, son préparateur physique pendant quasiment 10 ans au Bayern. “Notre pays l’a toujours fasciné et avec moi, il a appris l’italien, a-t-il raconté à l’expert mercato Di MarzioIl parle assez bien”, confirme le natif de Bologne, arrivé à Munich en 2007 avec Luca Toni, l’ex de la Viola qui a aussi conseillé au Français de signer là-bas. Devenu extrêmement proche de Ribéry, Bianchi est même pressenti pour le suivre à la Fiorentina. Parfait pour poursuivre l’apprentissage entre deux entraînements.