Mort en 2017, après avoir provoqué un énorme scandale à la FIFA, Chuck Blazer va revivre sous les traits de Will Ferrell dans un film produit par HBO. 

 

Un physique de Père Noël véreux, un pote perroquet, des millions détournés et une mission de taupe pour le FBI : parmi tous les dirigeants corrompus de la FIFA, Chuck Blazer était sûrement celui qui ressemblait le plus à un personnage de ciné. Ce que HBO a parfaitement compris en imaginant un biopic sur l’ex-dirigeant incarné par l’immense Will Ferrell, selon le site Deadline. Un choix plutôt cohérent puisqu’en plus du potentiel LOL de l’ancien vice-président de la Fédé américaine, mort d’un cancer à 72 ans, le pilier de la comédie US n’est pas étranger au foot : il est co-propriétaire du Los Angeles FC – dont il ambiance les matchs à la moindre occase – et a même déjà joué un entraîneur dans Match en famille (2005).

 

Chuck Blazer en 2005 - Panoramic

Chuck Blazer en 2005 – Panoramic

 

Premier teaser pour "Maradona", le docu présenté à Cannes

En attente d’officialisation, le projet d’HBO s’inspire du livre American Huckster: How Chuck Blazer Got Rich From — And Sold Out — The Most Powerful Cabal In World Sports (2017). L’histoire folle de ce bon père de famille – et coach de l’équipe de soccer de son fils – devenu l’un des personnages clés du FIFAgate, autour de l’attribution de plusieurs Coupes du monde, et qui a précipité la chute de Blatter en 2015. Quatre ans plus tôt, les ennuis commencent pour Blazer : il accepte de collaborer avec le FBI pour ne pas être poursuivi pour fraude fiscale après avoir détourné des millions de dollars via la CONCACAF, dont il était secrétaire général. Façon film d’espionnage, l’informateur porte alors un micro caché dans un porte-clé pour enregistrer d’autres dirigeants tandis qu’en parallèle, il témoigne pour dénoncer la corruption au sein de l’organisation du foot mondial.

 

ddd

 

Sauf qu’en 2013, l’affaire des millions cachés de Blazer est révélée : il quitte la FIFA et plaidera coupable de racket, blanchiment d’argent et évasion fiscale. Suspendu à vie par les instances du foot deux ans plus tard, le New-Yorkais voit tout le monde découvrir (ou faire semblant de découvrir) comment il pouvait se payer ses luxueux appartements de la Trump Tower – dont un pour ses chats – et ce train de vie qu’il racontait dans un blog fantastique où l’on pouvait croiser Miss Univers, son Hummer payé par la CONCACAF ou son perroquet Max en train de danser. Du sur-mesure pour Will Ferrell.

 

 

Blog de Chuck Blazer

Blog de Chuck Blazer

 


Voir cette publication sur Instagram

The @sanmanuelcasino Thrill Of The Match: Will Ferrell leading the @lafc3252! #JumpForLAFootballClub

Une publication partagée par Los Angeles Football Club (@lafc) le