Parce qu’en plus de la soirée de Neymar, il s’est passé beaucoup de choses cette semaine, voilà un récap’ de 5 infos dont on aurait aussi pu parler. 

 

 

Axel Wits-hair

Comment bien rentabiliser un transfert ? A Dortmund, le club donne visiblement tout sur le merchandising, puisque la boutique vend depuis cette semaine des perruques Axel Witsel, acheté cet été pour 20 millions d’euros. “Elle attirera tous les regards au stade mais aussi en soirée”, jurent les Allemands sur leur site, où l’on propose ça pour 9,95 euros. Génial ou douteux ? Certains supporters n’ont en tout cas pas du tout apprécié l’idée. Si jamais Arsenal y pensait, il est peut-être temps d’annuler la perruque Guendouzi, finalement.

 

Hakim Ziyech va aider financièrement Leon de Kogel, joueur hollandais victime d'un grave accident

 

 

Le vrai faux-départ d’Hamsik

Pendant ce temps, Naples vivait la définition parfaite de l’ascenseur émotionnel. Annoncé partant au Dalian Yifang (Chine), Hamsik a eu droit à une jolie chanson d’adieu à l’école de ses fils. Sauf que quelques heures plus tard, le club italien annonçait que leur icône ne partait plus à la suite d’un désaccord financier avec leurs homologues chinois. La fin du feuilleton ? Pas vraiment, puisque le transfert serait toujours en cours. On peut recommencer à chanter.

 

 

 

Prolongé puis viré

Certains vont regretter de ne pas avoir le même président à l’OM. Deux mois après avoir prolongé le contrat du coach Damir Buric, le SpVgg Greuther Fürth (D2 allemande) n’a pas hésité à lui indiquer la porte de sortie. Il faut dire que l’ex-joueur croate l’a un peu cherché avec une série catastrophique de 6 matchs sans victoire dont trois raclées (0-4, 0-5, 0-6). Sale.

 

 

 

Rageux Martinez

Et si Javi Martinez était passé à côté d’une autre grande carrière ? Dans le magazine Socrates, le joueur espagnol assure avoir écrit un super bouquin à l’adolescence : Hunger Games. “Quand j’avais 14 ou 15 ans, j’ai commencé à écrire un livre. Et croyez-le ou pas : l’intrigue était presque identique à celle de Hunger Games. J’ai regardé le film au ciné et je me suis dit : ce n’est pas possible, c’est mon idée depuis des années. Les réalisateurs ont dû voler mon ordinateur. Je n’ai pas vu le film jusqu’à la fin tellement j’étais en colère”, assure-t-il. Etre passé à deux doigts de rencontrer Jennifer Lawrence, ça fait forcément rager.

 

 

Le cadeau de Messi

Dur d’être plus heureux qu’Almoez Ali ces derniers temps. En plus d’avoir été le grand artisan de la victoire historique d’un Qatar “made in Masia” en Coupe d’Asie, le meilleur buteur de la compétition (9 buts) a reçu un cadeau tout particulier : un maillot dédicacé de Messi. Attention à faire mieux qu’un 8e de finale au Mondial 2022, quand même.