Du maillot de Zinedine Zidane à celui de Francis Llacer : samedi, l’hôtel Drouot s’est transformé en vraie mine d’or pour les amoureux du foot rétro.



Je ne suis pas certain qu’il ait été porté donc j’ai préféré le retirer”. Certes, le maillot de la finale 98 floqué Zidane, pièce-star de l’évènement, s’est décommandé à la dernière minute après des doutes émis par l’expert. Mais samedi après-midi, malgré le soleil et les matchs de la Ligue des nations (ah ?), une cinquantaine de personnes est bien au rendez-vous de cette grande vente “Sport” de l’hôtel Drouot à Paris. Du trentenaire curieux et fan du PSG au vieux briscard des enchères au cheveu poivre et sel, tous sont venus y dénicher (ou observer) 544 trésors du cyclisme, du rugby mais surtout du foot, la dernière partie tant attendue de la vente.

 

dd

 

Maillot porté par Dugarry lors de France-Pays-Bas en 1997

Maillot de Dugarry lors de France-Pays-Bas en 1997

 

Les Girondins offrent leur nouveau maillot third aux abonnés nés en 1996 (et nous expliquent l'opération)

Après un petit échauffement animé par les médailles de la collection Thierry Roland, l’ambiance monte clairement quand les premières tenues Bleues apparaissent. Un maillot Karembeu de 97 est adjugé à 380 euros, un ballon signé par les champions du monde 98 à 1.500 euros, puis un maillot de Dugarry (non porté) de la finale du Mondial 98 part pour 4.800 euros. “400 !”, “600 !” : Face au commissaire-priseur, version remixée de Stéphane Bern, on fait grimper les enchères et on chuchote de plus en plus quand l’autre maillot de Zidane tant attendu est présenté : celui porté lors du polémique France-Algérie de 2001.

 

 

5.500 euros pour Zidane, 450 pour Jurietti

Il a été offert à l’ex-joueur Omar Belbey, qui n’avait pas pu obtenir celui du Real floqué Zizou lors d’un match avec Montpellier, puisque Loulou Nicollin s’en était emparé avant lui”, explique l’expert Jean-Marc Leynet au micro. Dans la salle, les enchères fusent rapidement mais au bout d’une poignée de secondes, un internaute emporte le lot pour 5.500 euros, soit la plus grosse vente foot du jour. “Sans regret ? Très bel achat”, lâche le commissaire-priseur, entre deux ou trois (bonnes) blagues, dans une salle 14 désormais bien dans son match.

 

Zidane lors de France-Algérie en octobre 2001 (Panoramic)

Zidane lors de France-Algérie en octobre 2001 (Panoramic)

 

Alors qu’on entend des applaudissements d’une salle voisine, dans une ambiance entre musée et casino, les coups de marteaux s’enchaînent de plus en plus vite tandis que les premiers rangs scrutent et tripotent toujours chaque manche comme si elle cachait un trésor. L’ennui commence à se sentir quand une autre pièce que l’on attendait particulièrement débarque, à savoir le maillot de Franck Jurietti. Souvenir de sa seule sélection en EDF, une poignée de secondes jouées face à Chypre en 2005, la pièce (non portée) part finalement pour la somme de 450 euros en un instant. Et sans qu’on ait vraiment le temps de trouver la réponse à cette question : comment ce maillot peut-il être ailleurs qu’encadré dans son salon ou celui d’un proche ?

 

Jurietti lors de France-Chypre le 12 octobre 2005 (Panoramic)

Jurietti lors de France-Chypre le 12 octobre 2005 (Panoramic)

 

 

Pfff il a pris Fanni ?!”

Certains se demandent aussi ce que fera l’acheteur de cette pièce et des souvenirs plus ou moins bons de l’équipe de France nous reviennent en tête, avec ce maillot d’Abidal du Mondial 2006 (950 euros) ou celui de Rothen 2007 (350 euros). L’ex-Parisien a droit à une dédicace de l’expert : “Vous lui direz que c’est le 3e (celui qui n’est pas porté, ndlr), hein, parce qu’apparemment, il a dit qu’il ne l’avait jamais mis sur RMC”. On croise ensuite un survet’ de Deschamps du Mondial 2014 (750 euros), un maillot rouge de Gallas de France-Espagne 2008 (450 euros), mais surtout celui de Rod Fanni. Daté d’octobre 2008 face à la Roumanie, et non porté, il est tout de même adjugé pour 280 euros. Mauvaise affaire ? C’est l’avis des amis du nouveau propriétaire. “Pff il a pris Fanni ?! Il sait qu’il a joué à l’OM ? Plus jamais je le vois de ma vie, lui…”, souffle depuis le fond de la salle ce quarantenaire portant un dessin de Reiser sur son t-shirt. Au premier rang, son pote aura beau se retourner et tenter un grand sourire, c’est un échec.

 

ddddd

Maillot de Fanni pour France-Roumanie en octobre 2008

 

Pourtant, l’acheteur a toujours l’air aussi emballé une heure plus tard, à la sortie de la vente. “Ah bah je vais le porter !, nous répond-il quand on lui demande ce qu’il compte en faire. J’avais un budget de 300 euros donc c’est nickel”, se réjouit l’homme au béret et blouson en cuir. Ni la tache (du fond de teint ?) sur le col – “Ah il a bavé dessus ou quoi ?! Je vais le laver” -, ni le fait qu’il soit “plus cher que celui d’Heinze” selon ses potes ne le feront changer d’avis. “Et mais là c’est l’EDF, attends, normal qu’il soit plus cher”, se défend celui qui n’est pas habitué de ce genre de ventes. Et s’il râle un peu sur les frais additionnels de 27%, l’acheteur nous conseille même de revenir le week-end suivant, pour une collection spéciale chanson française.

 

 

Kanté, Dugarry et Llacer

Après ce collector de Rod Fanni, les prix grimpent petit à petit pour le dernier maillot (non porté) de Benzema chez les Bleus (550 euros), celui de Griezmann du premier tour du Mondial 2014 (1.700 euros), un Kanté de l’ouverture de l’Euro 2016 (2.200 euros), un Zidane époque Real (1.200 euros), puis se calment au moment de passer à la collection Dugarry. Une tunique de l’épopée des Girondins en Coupe de l’UEFA 96 s’envole à 1.300 euros mais celles du Milan AC ou du Barça restent autour de 200/300 euros. Là, tout le monde commence à s’avachir sur les chaises en plastique avant que des noms made in D1 redressent les nostalgiques. Taiwo, Dehu, Kastendeuch… Les plus belle dégaines du championnat des 90/2000 se mêlent à quelques seconds rôles de L1 plus récents comme Agassa, dont les gants dédicacés partent à 100 euros. Un Llacer de 1994 – porté en LDC – part à 1.000 euros mais même pour les stars de l’époque (Simone, Okocha), le prix ne dépasse que rarement les 300/400 euros. “C’est à la fin qu’il fallait faire des affaires, je te l’avais dit !”, lâche un ami de l’acheteur au béret au coup de sifflet final. De quoi nous donner (presque) envie de revenir pour la chanson française.

 

Maillot du PSG porté par Llacer contre le Spartak Moscou en décembre 1994

Maillot du PSG porté par Llacer contre le Spartak Moscou en décembre 1994

 

 

Kanté lors du match d'ouverte de l'Euro 2016 contre la Roumanie (Panoramic)

Kanté lors du match d’ouverte de l’Euro 2016 contre la Roumanie (Panoramic)

 

 

 

Le maillot du Real floqué Zidane et porté contre le Celta le 29 janvier 2006

Le maillot du Real floqué Zidane et porté contre le Celta le 29 janvier 2006

 

Le maillot de Daniel Bravo (PSG) porté contre le Celtic Glasgow en octobre 1995

Le maillot de Daniel Bravo (PSG) porté contre le Celtic Glasgow en octobre 1995

 

Maillot de Vincent Guérin (PSG) porté le en août 1997 contre Bucarest et celui de Casagrande en Coupe de la Ligue 98/99

Maillot de Vincent Guérin (PSG) porté le en août 1997 contre Bucarest et celui de Casagrande en Coupe de la Ligue 98/99