Débarqué au Los Angeles Galaxy il y a trois semaines, Zlatan continue de promouvoir le personnage Zlatan aux Etats-Unis avec un passage au Jimmy Kimmel Live sur ABC. 

 

L’épisode américain de Zlatan Ibrahimovic ne pouvait pas mieux débuter. Venu pour devenir l’attraction numéro un du soccer et surtout imposer son personnage idéalement taillé pour l’Amérique, le grand suédois est déjà devenu une des figures de Los Angeles. Et ce en à peine quelques semaines et une première apparition mémorable en MLS qui lui a suffi pour mettre un but que l’on ne peut voir que dans une pub Nike.

 

La Coupe du monde débarque sur FIFA 18 avec une mise à jour gratuite

 

 

Un scénario parfait qui ne pouvait que s’enchaîner sur une apparition dans un des late show préférés de l’Amérique. Hier, Zlatan Ibrahimovic avait donc sorti un beau costume façon star hollywoodienne pour s’assoir dans le fauteuil du Jimmy Kimmel Live devant un public américain comme toujours programmé pour rire à la moindre vanne. Et s’il a d’abord paru un peu impressionné, le personnage Zlatan a vite repris le dessus. “J’y pensais depuis un moment, je voulais m’offrir et donner ce cadeau à Los Angeles”, a prétendu celui qui s’est payé une page dans le Los Angeles Times pour son arrivée.

 

Le début de huit minutes de questions/réponses parfaitement écrites pour présenter le “phénomène” Zlatan à l’Amérique. “Vous ne ressemblez pas à un Suédois, ils ne sont pas arrogants… C’est pour ça qu’on vous a demandé de quitter le pays ?”, se marre Jimmy Kimmel. “Ils sont trop gentils, je ne suis pas le Suédois typique mais j’ai placé la Suède sur la carte”, explique-t-il. Une réponse classique mais qui permet de lancer la 10e (déjà) salve d’applaudissements.

 

 

Zlatan au Mondial ?

Connaissant parfaitement son texte et son numéro, Zlatan Ibrahimovic (36 ans) est forcément revenu sur son premier but outre-Atlantique. Là-aussi, la punchline avait été travaillée : “Je sais qu’il y a des tremblements de terre à Los Angeles mais là, c’était juste moi qui marchais à LA (…) Chaque film a un bon début”, assure l’attaquant suédois avant d’évoquer son rapport à ses coéquipiers – “J’en fais des superstars” – et de… s’annoncer au Mondial. “Une Coupe du monde sans moi ne serait pas une Coupe du monde”, lâche-t-il sans qu’on sache s’il est vraiment sérieux sous une énième salve d’applaudissements. Zlatan ou le blockbuster du foot : on connaît par coeur mais ça nous plaît toujours.

 

Hey @jimmykimmellive You’re welcome

Une publication partagée par Zlatan Ibrahimović (@iamzlatanibrahimovic) le

 

Team ViZa #EverywhereZwantstobe

Une publication partagée par Zlatan Ibrahimović (@iamzlatanibrahimovic) le