Choisi pour écrire la chanson officielle de la Belgique au Mondial, Damso a répondu aux critiques et notamment à celles du Conseil des femmes francophones. 

 

Passer de Stromae à Damso n’a pas plu à tout le monde. Quelques jours après l’annonce de la sélection belge, qui a choisi Damso pour écrire sa chanson officielle en vue de la Coupe du monde 2018, certaines voix de sont élevées contre ce projet. Et notamment le Conseil des femmes francophones, via sa présidente Viviane Teitelbaum, qui a adressé un « carton rouge » au rappeur belge. Sur son blog, elle pointe du doigt le « sexisme » de l’artiste et notamment les « paroles insultantes pour les femmes » du morceau IVG.

 

 

Une critique à laquelle l’Union belge de football a d’abord répondu, présentant Damso comme un « un jeune Belge qui a beaucoup de succès auprès des jeunes, a justifié le porte-parole Pierre Cornez. En plus, c’est quelqu’un qui est issu de l’immigration, ce qui est le cas aussi pour beaucoup de nos joueurs », a-t-il ajouté. Pour rassurer les inquiets, il a également précisé que le morceau du rappeur, attendu en avril, serait forcément validé en amont : « On aura aussi notre mot à dire. Il est clair qu’il y aura un contrôle de notre part pour faire en sorte, par le biais de sa chanson, qu’il véhicule les messages que nous souhaitons véhiculer », a-t-il assuré sur la RTBF. Mais du côté de Damso, la polémique a fait sourire, comme on peut le voir sur son compte Facebook. Avec un hashtag spécial pour Viviane Teitelbaum.