Encore en phase d’acclimatation, après son arrivée à Southampton cet été, Claude Puel évoque sa nouvelle vie anglaise dans Le Parisien

 

Pep Guardiola n’est pas le seul à découvrir la Premier League cette année. Auteur de débuts plutôt réussis à Southampton (9ème), Claude Puel, venu pour relever un challenge qui l’«émoustille”, se fait doucement à son nouveau quotidien dans le sud de l’Angleterre. Non sans quelques difficultés d’adaptation, à commencer par une nouvelle langue que l’ex-coach de l’OL et de Nice tente de mieux maîtriser… sans l’aide d’un prof. Emploi du temps serré oblige. “Je m’y suis remis sans prendre de cours, assure celui qui travaille 10 heures par jour. Dès le départ, ç’a a été hyper costaud, avec un face-à-face de trois heures avec le board puis deux heures à Zurich avec le chairman en tête à tête. Je finissais, j’avais mal à la tête !”, s’en amuse-t-il.

 

Des nouvelles habitudes pour Claude Puel (55 ans) mais aussi sa famille. Alors que ses trois enfants – Charlène mais aussi les footballeurs Grégoire et Paulin – sont venus pour la première fois à Noël dans la ville qui compte 250 000 habitants, le remplaçant de Ronald Koeman sur le banc du club admet que cela n’est pas toujours facile non plus pour son épouse Corinne. “Elle apprend l’anglais mais n’a pas de vie sociale. C’est un challenge pour elle aussi”, estime-t-il. On espère que madame a la même pugnacité que son mari de coach, qui a signé un contrat de trois ans avec le club.

14 trucs à retenir de l'interview de Pep Guardiola par Jorge Valdano

 

 

Il ne “connaît rien” à Southampton

Heureusement, le cadre de la cité portuaire a l’air de plaire au couple. “Notre appartement donne à la fois sur le stade et sur les bateaux de plaisance. Cela me rappelle Monaco. Les gens sont très sympas et attentionné”, note Claude Puel, passé par le Rocher en tant que joueur puis coach, qui avoue quand même “ne rien connaître ici”. Ça tombe bien, il lui reste encore deux ans et demi pour s’adapter et apprendre.

 

E.R.