Critiqué pour s’être publiquement interrogé sur l’utilité d’affronter Saint-Marin, vaincue 8-0 par l’Allemagne, Thomas Müller calme le jeu sur Twitter. Comme un vieux briscard de la politique, il joue la fameuse carte des « propos sortis de leur contexte ». Malin.

 

La prochaine fois, Thomas Müller pensera peut-être à faire de la langue de bois. Dézingué par le directeur de la communication de Saint-Marin, l’attaquant du Bayern Munich a dû se justifier. ” Ma déclaration répond à une question sur la valeur sportive de Saint-Marin et sur un risque de blessure contre eux, a précisé l’Allemand. Elle a été réduite et sortie de son contexte, ce qui a créé une fausse impression chez certaines personnes. Je tiens à préciser que j’ai essayé de répondre avec respect aux deux sens de la question qui m’a été posée », a-t-il poursuivi.

 

Mais Thomas Müller ne compte pas renoncer à ses principes pour autant. « Que mes fans se rassurent, je continuerai quand même à exprimer mes opinions à l’avenir », a ajouté celui qui avait notamment déclaré, après une période d’inefficacité devant le but, que la “m****”  lui “collait un peu aux bottes.” 

Sergio Agüero au coeur d'une improbable embrouille entre son ex et sa femme

 

 

Ceux qui mettent des chaussettes blanches sous leurs sandales”

Après avoir écrasé Saint-Marin, vendredi 11 novembre, Thomas Müller s’était offert une petite polémique. « Je ne vois pas l’intérêt de disputer des matches aussi déséquilibrés, a lâché l’attaquant du Bayern Munich, qui n’avait visiblement pas apprécié son traitement sur le terrain. Je me demande si ce ne sont pas des matchs menant à des risques inutiles.”

 

La réponse de Saint-Marin n’avait pas tardé. Venue du directeur de la communication Alan Gasperoni, elle a été cinglante : “Cela a servi à montrer que même face à des équipes aussi faibles que la nôtre, vous ne pouvez pas mettre un but”, a-t-il notamment rétorqué dans une lettre publiée sur Facebook, avant d’ironiser sur l’histoire des Allemands – “vous ne changerez jamais” – et sur leurs “chaussettes blanches sous leurs sandales“.