Lundi, le tribunal correctionnel de Rennes a condamné cinq hommes pour la création d’une trentaine de sites de streaming illégal entre 2014 et 2018. 

 

Les supporters leur disent merci, mais pas la justice. Après des années à diffuser Canal, beIN ou RMC Sport gratuitement, cinq hommes de 43 à 57 ans vont devoir payer beaucoup plus cher qu’un abonnement. Le créateur des sites Olivier O. (46 ans), habitant près de Rennes, vient ainsi d’écoper d’une peine de douze mois de prison, dont six mois avec sursis, pour reproduction ou diffusion non autorisée de programme ou vidéogramme et blanchiment d’argent. Son véhicule et ses comptes bancaires ont été confisqués, et près de 260.000 euros ont été saisis.

 

 

Après 28 ans sur Canal+, "Jour de foot" va s'arrêter

Flics, coupe tout”

Olivier O., qui assurait n’avoir que des connaissances “modestes” en informatique, tout en rassemblant 7 millions de visiteurs par mois (pour 230.000 euros gagnés grâce aux pubs), a toutefois “reconnu sa participation”. “Il a envie de tourner la page”, a assuré Me Hélène Laudic-Baron, l’avocate du créateur des sites qui a également ouvert des comptes en Suisse et aux îles Vierges. Elle a au passage qualifié la peine de “mesurée” pour son client, sous la menace de 10 ans de prison. Lors de la garde à vue, un message l’avait d’ailleurs clairement trahi : “Flics, coupe tout”, envoyé à l’un des complices.

 

 

À ses côtés, Yannick T. (43 ans) a été condamné à une peine de six mois avec sursis. L’informaticien, rémunéré 55.000 euros entre 2014 et 2018 pour la diffusion des matchs et l’administration de sites, a aussi vu son véhicule et ses comptes bancaires confisqués. “Pour moi, ce n’était pas interdit, je n’avais pas conscience”, s’était-il défendu. Quant à Jean-Eric M. (57 ans), qui disait avoir agi “dans l’esprit Robin des bois”, il a été condamné à une amende de 20.000 euros dont 10.000 avec sursis, comme Alexandre G. (43 ans). Franck C. (48 ans), qui disait avoir été pris pour un “nigaud”, a de son côté eu 5.000 euros d’amende avec sursis.

 

 

Canal+ veut les faire payer

L’histoire ne s’arrête toutefois pas là. Canal+ leur réclame toujours 29,9 millions d’euros de dommages et intérêts, et SFR ainsi que beIN se sont aussi portées parties civiles. Réponse le 15 octobre pour l’audience sur les intérêts civils.