Goleador frisson des 90’s, Batistuta est de retour dans un docu dont plusieurs extraits viennent d’être dévoilés. 

 

Il n’a plus sa crinière et son maillot de la Viola mais ça fait toujours du bien de le revoir. À 50 ans, Batigol est le héros d’El Numero Nueve, un voyage de sa terre natale au nord de l’Argentine (Reconquista) jusqu’à l’Italie pour retracer sa carrière hors norme. Une histoire singulière dès le premier épisode, puisque le jeune Gabriel est plus intéressé par le sport en général que le foot. “Au début, je ne voulais pas être footballeur, je ne voulais pas m’entraîner et j’allais jouer à d’autres choses, reconnaît-il dans le film, attendu avant la fin de l’année. Jusqu’à que mon père s’en rende compte, et me dise que je devais respecter les règles et mes coéquipiers si je voulais être dans une équipe. Depuis ce jour, ma mentalité a changé”. Merci papa.

 

 

 

Icône de la Fiorentina (333 matchs, 207 buts), même si on l’a aussi vu à la Roma et l’Inter, Batistuta revient évidemment sur ses grandes heures à la Viola, passée du fond de la Serie A à la C1 après son arrivée. L’occasion de retrouver l’immense gardien Toldo, pour se remémorer une victoire mythique (0-1) contre l’Arsenal de Bergkamp à Wembley, sur un but impossible du Numero Nueve. “C’est un grand souvenir, on méritait de jouer la Ligue des champions”, estime le meilleur buteur de l’Albiceleste (54 buts) avant l’ère Messi. Belle époque et (on l’espère), beau docu.