Entre Marco Verratti et Puma, c’est terminé. Désormais libre de tout engagement, le footballeur italien souhaite faire grimper les enchères histoire de signer un contrat plus conforme à sa valeur. 

 

Les Italiens ont tout à nous apprendre quand il s’agit de séduction. Un cliché qui ne dérangera probablement pas Marco Verratti, bien décidé à se faire désirer par son prochain sponsor personnel. Le 31 décembre, son contrat avec son équipementier Puma s’est terminé et l’international italien souhaite faire grimper les enchères.

 

Selon la Gazzetta dello Sport, le milieu du PSG veut signer un plus gros contrat que les 250 000€ annuels qu’il percevait depuis 2011 avec l’équipementier allemand, plutôt chanceux sur ce coup. Et s’il espère que ce dernier saura s’aligner sur ses nouvelles attentes en matière financière, il se laisse aussi draguer par d’autres équipementiers parmi lesquels Nike, sponsor du club parisien. Pour récupérer le plus gros vendeur de maillots du PSG, Puma risque donc de devoir se plier en quatre.

Jean-Michel Aulas : Combien de Français aimeraient partir en vacances avec le boss de l'OL ?

 

 

Crampons vierges à la Zlatan ?

En attendant, Marco Verratti pourrait bien porter des crampons noirs vierges lors de la rencontre contre Bastia, samedi 7 janvier, comme l’avait fait avant lui Sergio Ramos ou son ex-coéquipier Zlatan Ibrahimovic. Le Suédois comptait ainsi renégocier les termes de son nouveau contrat avec son équipementier Nike. Avec succès puisque la marque à la virgule avait fini par craquer. Puma résistera-t-elle longtemps au charme du Hibou ?

 

En dépit des déclarations d’amour au PSG, Marco Verratti agite de plus en plus la rubrique transferts. Selon la presse italienne, la Juventus Turin recommencerait à lorgner sur le joueur de 24 ans, qui vient pourtant de prolonger son contrat avec le club de Nasser Al-Khelaïfi jusqu’en 2021.

 

 

 « Marco est bien à Paris, mais… »

Il faut dire que son agent ne s’arrête plus de parler. « Marco est bien à Paris, mais sa carrière ne peut pas être seulement dans le championnat français, a récemment insisté Donato Di Campli dans une interview à Premium Sport. Nous voudrions gagner avec le Paris Saint-Germain, mais si ce n’est pas possible nous trouverons une solution. » Là-dessus, les négociations risquent toutefois d’être un peu plus longues que pour son nouvel équipementier.

 

E.R.